Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Gérard de Cortanze
Gérard de Cortanze / Photo © Corinne Hoste, ARLLFB Membre étranger littéraire
Élu le 11 novembre 2005
Prédécesseur : Yves Berger
Fauteuil 32
www.cortanze.com
BIOGRAPHIE

Lorsqu'il fut reçu à l'Académie, Jean-Baptiste Baronian indiqua à Gérard de Cortanze que le fauteuil qu'il occuperait avait eu pour premier titulaire Gabriele d'Annunzio, et fit remarquer qu'ils étaient l'un et l'autre descendants «d'une longue et prestigieuse lignée italienne» toutes deux issues de «régions montagneuses».

En 1962, à la veille de ses quatorze ans, Gérard de Cortanze apprend en effet de la bouche de son père, mécanicien à Gennevilliers, qu'il descend du roi Rotari-Roero, qui régna sur la Lombardie au septième siècle, et que ses ancêtres les plus proches, les Roero de Cortanze, ont été chassés d'Italie, où ils avaient soutenu Garibaldi. L'enfance parisienne est surtout marquée par la risée qui entoure un «rital», «emperruqué» de surcroît. Les refuges : le cinéma, les fêtes de famille, le grand-oncle Charles de Cortanze, qui participa au 24 heures du Mans, l'athlétisme de haut niveau. Bientôt, ce sera la littérature.

Premiers poèmes en 1973, puis flambée pour les lettres latino-américaines, dont les principaux représentants contemporains deviennent des amis, qu'il commente, traduit et édite même. Un premier roman, en 1985, anticipe sur les plongées qu'il fera plus tard dans sa saga familiale : Les Enfants s'ennuient le dimanche fait revivre le Saint-Ouen entre 1950 et 1960, celui de son enfance déplacée.

Les livres suivants ont l'air de contredire ce regard sur soi: le fantasme est souverain dans Giuliana qui reflète pourtant un long séjour passé à Bruxelles, ou dans L'Amour dans la ville. Les évocations d'Auster, Semprun, Le Clézio, Sollers ou Hemingway sont très originales : ni essais ni biographies, ce sont, comme le dit Baronian, «des sortes de conversations intimes avec des écrivains complices».

En 1997, tout bascule. Approche de la cinquantaine? Naissance d'un fils qui hérite du patronyme? La transmission s'impose. Et elle prend d'abord la forme des Vice-rois, premier roman généalogique, si ce n'est initiatique, que viendront prolonger Cyclone en 2000, Assam en 2002, couronné par le prix Renaudot, Banditi (2004), Aventino (2005) et Laura (2006).

Tous répondent, comme le formule Baronian, à la question : «Quelle place peut prendre un destin particulier dans l'histoire de son temps?» Exemple : Fra Diavolo, ancêtre de Cortanze par sa mère, si souvent dépeint comme un Robin des Bois, apparaît, dans Banditi dans sa juste dimension de héros romantique. Cet art de conter se trouve éclairé dans Une chambre à Turin (2001), lorsque Cortanze y écrit : «Je suis persuadé qu'il est impossible, aujourd'hui, d'écrire un roman sans que l'on se découvre, et cela dans les deux sens du mot. (…) La vérité de ce qui est raconté est donc le processus entre celui qui raconte et ce qu'il raconte.»

La verve romanesque alliée à un immense savoir : cette dualité s'est-elle reflétée dans le fait que Gérard de Cortanze dut, lors de sa réception publique à l'Académie, en raison de la mort prématurée de son prédécesseur immédiat, prononcer un double hommage, celui de Robert Mallet, principalement universitaire, et celui d'Yves Berger, principalement romancier?



BIBLIOGRAPHIE

Altérations, poésie, Éditions d'Ateliers 1973.

Au seuil : la fêlure, poésie, PJO, 1974.

Huidobro / Altazor / Manifestes, anthologie, Champ Libre, 1976.

America libre, anthologie, Seghers, 1976.

Le livre de la morte, roman, Aubier-Montaigne, 1980.

U. Cenote, poésie, Alain Anseuw éditeur, 1980.

Los Angelitos, poésie, Richard Sébastian Imprimeur, 1980.

Une anthologie de la poésie latino-américaine, anthologie, Publisud, 1983.

Les enfants s'ennuient le dimanche, roman, Hachette, 1985 (rééd. Actes Sud, coll. «Babel», 1999.

Le surréalisme, essai, MA éditions, 1985 (rééd. augmentée : Le monde du surréalisme, Veyrier, 1991).

Littératures espagnoles contemporaines, anthologie, Éditions de l'Université Libre de Bruxelles, 1985.

La Muerte solar, poésie, Pre-textos, 1985.

Giuliana, roman, Belfond, 1986 (rééd. Le Livre de poche, 1987 ; rééd. Actes Sud, coll. «Babel», 1998).

La mémoire de Borges, essai, Dominique Bedou, 1987.

Le Baroque, essai, MA éditions, 1987 (rééd. augmentée : Promenades baroques, Éditions de l'Arsenal, 1995).

Jours dans l'échancrure de la nuque, poésie, La Différence, 1988.

Elle demande si c'est encore la nuit, roman, Belfond, 1988.

Cent ans de littérature espagnole, anthologie, La Différence, 1989.

La Porte de Cordoue, poésie, La Différence, 1989.

Antonio Saura, l'exil biographique, essai, La Diférence, 1990.

Tobiasse ou le patient labyrinthe des formes, essai, La Différence, 1992.

L'Amour dans la ville, roman, Albin Michel, 1993 (rééd. Le Livre de poche, 1996).

Espanas y Américas, essai, La Différence, 1994.

Antonio Saura, essai, La Différence, 1994.

Ateliers d'artistes, essai, Le Chêne, 1994.

L'Ange de mer, roman, Flammarion, 1995.

Dossier Paul Auster, essai, Anagrama, 1996.

Le New York de Paul Auster, essai, Le Chêne, 1996.

La Solitude du labyrinthe. Entretiens avec Paul Auster, Actes Sud, 1997.

Le Madrid de Jorge Semprun, essai, Le Chêne, 1997.

Hemingway à Cuba, essai, Le Chêne, 1997 (rééd. Gallimard, coll. «Folio», 2002).

Zao Wou-Ki, essai, La Différence, 1998.

Les Vice-Rois, roman, Actes Sud, 1998 (rééd. Actes Sud, coll. «Babel», 2000; rééd. J'ai lu, 2002).

Jean-Marie Gustave Le Clézio : le nomade immobile, essai, Le Chêne, 1999 (rééd. Gallimard, coll. «Folio», 2002).

Le Mouvement des choses, poésie, La Différence, 1999.

Cyclone, roman, Actes Sud, 2000 (rééd. Actes Sud, coll. « Babel », 2002).

L'acier sauvage (avec des photos de Hélène Moulonguet), essai, Actes Sud, 2000.

Philippe Sollers ou la Volonté de Bonheur, essai, Le Chêne, 2001.

Une chambre à Turin, roman, Éditions du Rocher, 2001 (rééd. Gallimard, coll. «Folio», 2002).

Assam, roman, Albin Michel, 2002.

Le temps revient, théâtre, L'avant-Scène, collection «Des Quatre Vents», 2002.

Banditi, roman, Albin Michel, 2003.

Jorge Semprun, l'écriture de la vie, essai, Gallimard, coll. «Folio», 2004.

Paul Auster's New York, essai, Le Livre de Poche, 2004.

Long-courrier, essai, Éditions du Rocher, 2005.

Aventino, roman, Albin Michel, 2005 (rééd. LGF, 2007).

Spaghetti!, roman, Gallimard, coll. «Haute Enfance», 2005.

Laura, roman, Plon, 2006; rééd. Gallimard, coll. «Folio», 2008.

L'Atelier intime, essai, Éditions du Rocher, 2006.

Miss Monde, mémoires, Gallimard, coll. «Haute Enfance», 2007.

Méli Mélo a la tête à l'envers, illustrations de Lucie Durbiano, jeunesse, Gallimard-Jeunesse, coll. «Folio cadet», 2007.

Paris portraits, textes de Claude Arnaud, Elisabeth Barillé, Gérard de Cortanze, Daniel Maximin, récits de voyages, Gallimard, coll. «Folio. Senso», 2007.

Le goût de Turin, textes choisis et présentés par Gérard Roero di Cortanze, anthologie, Mercure de France, coll. « Le petit Mercure. Le goût de...», 2007.

De Gaulle en maillot de bain, roman, Plon, Paris, coll. «Littérature française», 2007.

Sollers : vérités et légendes, biographie, Gallimard, coll. «Folio», 2007.

Une gigantesque conversation, essai, Monaco, Rocher, coll. «Littérature», 2008.

Gitane sans filtre, mémoires, Gallimard, coll. «Haute Enfance», 2008.

Indigo, roman, Plon, 2009.

J.-M.G. Le Clézio, essai, Textuel, 2009;

La belle endormie, roman, Le Serpent à plumes, 2009.

J.-M.G. Le Clézio, essai, Gallimard, 2009.



E-BIBLIOTHÈQUE

J.-M. G. Le Clézio : une littérature de l'envahissement (PDF 64Ko)
Communication à la séance mensuelle du 13 juin 2009



DISCOURS DE RÉCEPTION (séance publique du 25 février 2006)

Discours de Jean-Baptiste Baronian (PDF 102Ko)

Discours de Gérard de Cortanze (PDF 96Ko)