Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


David Gaatone
David Gaatone / Photo © ARLLFB Membre étranger philologue
Élu le 8 mai 1999
Prédécesseur : Jacques Monfrin
Fauteuil 35
BIOGRAPHIE

David Gaatone naît David Zelmanovic à Anderlecht, en 1932. Ses père et mère ont quitté la Tchécoslovaquie en 1929, et ont ouvert un restaurant dans ce faubourg de Bruxelles. L'invasion nazie force la famille à prendre à nouveau le chemin de l'exil : elle gagne le Sud-Ouest de la France. En 1943, le père est requis par le travail obligatoire. Il ne reviendra jamais d'Allemagne. En 1978 seulement, son fils repèrera son nom parmi les victimes du camp d'Auschwitz.

En 1945, la mère et ses trois enfants rentrent en Belgique. La mère meurt peu après, et David est recueilli dans le home de Miraval à Boitsfort, qui héberge les enfants juifs sans famille.

Il ne trouvera une patrie qu'en 1950, à dix-huit ans, lorsqu'il entre dans un kibboutz près de Gaza. Il adopte le nom de Gaatone, du nom d'un fleuve côtier se jetant dans la Méditerranée près de Saint-Jean-'Acre. Service militaire dans l'armée de l'air, travail dans une usine de radios : il ne s'inscrit à l'Université hébraïque de Jérusalem qu'en 1955, et s'y spécialise dans l'étude du français. En 1962, en tant que boursier du gouvernement français, il suit les cours de la Sorbonne et de l'École pratique des hautes études. Il y prépare sous la direction de Robert-Léon Wagner un doctorat d'État qui paraîtra en 1971 chez Droz à Genève : Étude descriptive du système de la négation en français contemporain. Elle sera appréciée par Grevisse, toujours attentif au phénomène de concurrence plutôt que de substitution entre les usages.

En tant qu'enseignant, Gaatone va se partager entre les universités de Jérusalem, de Haïfa et de Tel-Aviv avant de se concentrer sur cette dernière, tout en prodiguant ses cours ailleurs, à Montréal ou à Paris.

Ses travaux se caractérisent par l'esprit d'indépendance et le sens du concret dans l'observation du fonctionnement de la langue, portant principalement sur la syntaxe. Ces travaux, très diversifiés, prennent le plus souvent la forme d'articles, à l'exception de l'étude du passif, synthétisée en un ouvrage au demeurant paru en Belgique.

Comme le dit André Goosse en l'accueillant l'Académie, le trait fondamental de David Gaatone, «c'est l'amour des mots, l'amour des langues, de toutes les langues, toutes fascinantes, même vues de la lisière». Dans le même discours, il a tenté une explication de son intérêt pour certains phénomènes syntaxiques : «Les événements de votre enfance vous ont montré aux prises avec la négation et contraint à la passivité. Et voilà que vous consacrez une part notable de vos recherches à l'expression grammaticale de ces deux thèmes. Est-ce une obsession? Est-ce une revanche?»



BIBLIOGRAPHIE

Étude descriptive du système de la négation en français contemporain, Genève, Droz, 1971.

Le passif en français, Louvain-La-Neuve, De Boeck, 1998.

BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

Hava Bat-Zeev Shyldkrot et Lucien Kupferman (dir.), Tendances récentes en linguistique française et générale. Volume dédié à David Gaatone, Lingvisticæ Investigationes Supplementa 20, 1995, xvi.



E-BIBLIOTHÈQUE



DISCOURS DE RÉCEPTION (séance publique du 26 février 2000)

Discours d'André Goosse (PDF 77Ko)

Discours de David Gaatone (PDF 74Ko)