Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Georges Kleiber

Pas d'image disponible Membre étranger philologue
Élu le 14 mars 2015
Prédécesseur : Gérald Antoine
Fauteuil 31

BIOGRAPHIE

Georges Kleiber est né le 6 décembre 1944 à Sélestat. Docteur de 3e Cycle (1974) et docteur d’État (1979) sous la direction de Robert Martin, successivement assistant et professeur aux Universités de Besançon, de Metz, de Strasbourg, il a dirigé à l’Université Marc Bloch, dès 1986, le prestigieux Institut de Linguistique Générale et lancé la Revue Scolia.
Sa production scientifique est considérable : une quinzaine de volumes, plus de trois cents articles. D’abord médiéviste (la thèse sur Le mot IRE en ancien français), il n’abandonnera jamais complètement la veine diachronique mais s’orientera progressivement vers une sémantique théorique qui entreprend de concilier la tradition française avec la philologie romane à l’allemande et la philosophie du langage à l’anglo-saxonne. Il n’est pas exagéré de dire que son livre Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres (1981), qui fit l’effet d’un coup de tonnerre, a donné du grain à moudre à toute une génération de linguistes, en France ou à l’étranger, ce qui a d’ailleurs valu à l’auteur (il est traduit en allemand, en espagnol, en polonais…) la médaille d’argent du CNRS et diverses reconnaissances internationales, notamment un doctorat honoris causa de l’Université d’Uppsala.

La personnalité chaleureuse de Georges Kleiber, sa verve intarissable, lui ont acquis une aura particulière. Chez ce savant, le sérieux n’étouffe jamais la joie de la recherche. Plusieurs de ses intitulés, volontiers ludiques, suffiraient à en témoigner, par exemple « quand le tout est de la partie », « mettre le cap sur les topiques », « est-ce qu’un veau peut être rapide et tendre ? », « un imparfait de plus… et le train déraillait », « l’énigme du Vintimille ou les déterminants à quai », « les sens uniques conduisent-ils à des impasses ? », « une métaphore qui ronronne n’est pas toujours un chat heureux », « l’article défini gastronomique ou l’art d’en faire tout un plat », etc. Les Rencontres linguistiques en pays rhénan qu’il a organisées pendant des années dans la coopérative vinicole de Pfaffenheim — le pittoresque village du Haut-Rhin où il interprétait à ses moments perdus des pièces de théâtre dialectal, jouait au football et servait de sapeur volontaire — en recréant par son harmonica, après le travail, une ambiance festive, restent légendaires dans le petit monde des francistes. 



DISCOURS DE RÉCEPTION (séance publique du 8 octobre 2016)

Discours de Marc Wilmet (PDF 72Ko)

Discours de Georges Kleiber (PDF 66Ko)