Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


PRIX
Liste des prix
Index par lauréat
Index par année

ACTUALITÉ
Lauréats de l'année
Prochaines attributions

Prix littéraires


Prix Émile Bernheim 2009

Francis Dannemark / Photo © Louis Monier

Alain Berenboom : Le Roi du Congo

Lauréat :

Alain Berenboom pour son roman Le Roi du Congo (B. Pascuito éditeur, 2009).

Jury :

Micheline Mardulyn, secrétaire générale de la Fondation Bernheim, Jean-Baptiste Baronian, Daniel Droixhe, Jacques De Decker, Naïm Kathan et Georges-Olivier Châteaureynaud.

Extrait de l'argumentaire du jury :

Alain Berenboom explore les replis d’une Belgique calfeutrée dans une amnésie de tout repos. On l’a noté dans Périls en ce royaume, on s’en avise à nouveau dans ce Roi du Congo, qui a la même rage de faire la lumière dans les galeries peu visitées de notre histoire.
Berenboom est un amphibie. Il est aussi à l’aise dans deux exercices apparemment contradictoires : la fouille géologique dans les profondeurs tassées d’un passé devenu hermétique à force de refoulement collectif, et la gigue faussement insouciante qui attire le curieux sans trop l’effaroucher.
On voit ce qui l’a tenté d’envoyer au Congo son personnage fétiche, Michel Van Loo. Épris de la foisonnante mythologie belgicaine, Berenboom se devait de déléguer son détective dépassé par les événements dans la contrée où Tintin avait vécu une de ses premières aventures. La colonie léguée par Léopold II à ses compatriotes se trouve, au lendemain de la guerre, au centre de convoitises diverses : n’est-ce pas dans son sous-sol que gît l’uranium, composant essentiel de la bombe qui a dévasté deux villes au Japon ? La catastrophe n’ayant pas semblé dissuasive, ils sont nombreux, surtout au Katanga, à vouloir contrôler ce qui est devenu un des facteurs clés de l’équilibre du monde.
Autour de cet enjeu gigantesque se bricole une intrigue où la facétie côtoie la dénonciation caustique. Le tout a le charme de ces films des années 40-50 où l’on n’avait pas peur de  traiter de sujets chauds tout en n’oubliant jamais que l’on faisait de l’«entertainment».

Autre prix de l'ARLLFB décerné à l'auteur :

Prix Félix Denayer 2007 pour l'ensemble de son œuvre.