Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


PRIX
Liste des prix
Index par lauréat
Index par année

ACTUALITÉ
Lauréats de l'année
Prochaines attributions

Prix littéraires


Prix Bouvier-Parvillez 2013

François Godfroid

François Godfroid : Aspects marginaux de la contrefaçon en Belgique

Lauréat :

François Godfroid pour ses recherches sur la contrefaçon et son ouvrage Aspects marginaux de la contrefaçon en Belgique (ARLLFB, 2012).

Jury :

Jacques Crickillon, André Goosse et Lydia Flem.

Extrait de l'argumentaire du jury :

Ce prix ne couronne pas à proprement parler un écrivain, mais plus exactement un serviteur des lettres, de leur mémoire et de leur conservation. Il se passionne depuis des lustres pour un phénomène qui, au XIXe siècle surtout, fit de la Belgique la plaque tournante d’une modalité très caractéristique de la circulation des livres à l’époque. Terre de refuge des intellectuels en exil, dotée d’une constitution moderne qui faisait une large part à la liberté d’expression, notre pays eut à jouer un rôle décisif dans la diffusion d’ouvrages qui défiaient la censure sous d’autres régimes, et plus particulièrement en France, et encore plus précisément sous le Second Empire. D’où cette pratique de la contrefaçon, qui consistait, plus ou moins clandestinement, à faciliter l’accès à des publications jugées indésirables ailleurs.

Cette industrie dû son essor considérable à cette règle alors universellement admise et qu’énonce le répertoire du Journal du Palais français : « C’est un principe que ce qui est publié chez une nation tombe dans le domaine public chez les autres. » On le voit c’est à tort que cette activité fut appelée contrefaçon et qu’elle fut considérée comme illégale, illicite et dolosive. C’est à tort également que se plaignirent les auteurs mis à contribution, par elle, de n’être pas rétribués par les « contrefacteurs ». Les lois sur la propriété littéraire étaient alors exclusivement nationales et un écrivain édité dans un pays n’avait aucun droit dans un autre. L’évolution des esprits permettra quelques décennies plus tard de dégager le respect du droit d’auteur sur le plan international.

C’est à ce vaste champ d’activités que François Godfroid a consacré tous ses efforts depuis des décennies. Il en a tiré deux ouvrages essentiels, l’un paru en 1998, l’autre en 2012, avec le soutien de l’Académie. L’ampleur de cette entreprise, la détermination du chercheur, l’exhaustivité de l’information réunie ont conduit notre compagnie à rendre hommage, à travers ce prix, à une personnalité aux mérites insignes, dont les collections uniques au monde ont enrichi le Musée de Mariemont, et continuent de le faire.