Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


PRIX
Liste des prix
Index par lauréat
Index par année

ACTUALITÉ
Lauréats de l'année
Prochaines attributions

Prix littéraires


Prix Franz de Wever 2015

Catherine Deschepper

Catherine Deschepper : Un kiwi dans le cendrier (Quadrature, 2015)

Lauréate :

Catherine Deschepper pour son recueil de nouvelles Un kiwi dans le cendrier (Quadrature, 2015).

Jury :

Jean Claude Bologne, Jean-Luc Outers et Gabriel Ringlet.

Extrait de l'argumentaire du jury :

Le genre de la nouvelle n’est pas à la fête. En France, en  particulier, on en publie de moins en moins. En partie, sans doute, parce que les périodiques n’en publient plus non plus. Et l’on sait, par exemple, que ce sont les magazines américains, durant l’entre-deux guerres en particulier, qui ont favorisé le dynamisme du genre aux États-Unis. C’est pourquoi l’on ne peut que féliciter les éditions Quadrature à Louvain-la-Neuve de défendre le genre bec et ongles, et de révéler de la sorte de nouveaux talents. C’est l’un d’entre eux que l’Académie a voulu distinguer, une débutante qui fait montre d’une grande maîtrise précoce. Son regard aigu sur les mœurs contemporaines, son ingéniosité narrative (elle organise ses récits autour de trois protagonistes, dont les expériences sont classées  en fonction de quelques thèmes dominants), son humour original et pertinent ont retenu l’attention et l’adhésion du jury.

« Je suis ravie, évidemment, que le texte ait pu vous plaire. J’ai souri, parce que les hommes sortent écorchés de mes mots et que vous ne semblez pas m’en tenir (trop ?) rigueur. J’ai souri aussi parce que, dans votre courrier, vous parlez d’un coup d’essai et qu’il  faudrait plus humblement parler d’essai transformé. Avant Le kiwi, il y a eu d’autres manuscrits, après aussi, mais je patauge dans le monde codifié de l’édition  au sein duquel mes textes, désaxés peut-être, trouvent mal leur place (à moins qu’ils soient moins performants, je suis une dilettante un peu naïve, encore). En fait, l’important, c’est d’écrire, surtout, et d’être lue, un peu. Merci pour l’encouragement à continuer que vous m’offrez. Une bouffée d’orgueil, une dose de narcissisme dans les veines, et hop !, au boulot ! »