Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


PRIX
Liste des prix
Index par lauréat
Index par année

ACTUALITÉ
Lauréats de l'année
Prochaines attributions

Prix littéraires


Prix international Nessim Habif 2013

Bertil Galland

Lauréat :

Bertil Galland pour l'ensemble de son œuvre littéraire.

Jury :

Marie-José Béguelin, Gérard de Cortanze, Jacques De Decker, Paul Emond, Lydia Flem.

Extrait de l'argumentaire du jury :

Le prix Nessim Habif salue des représentants  majeurs de la littérature francophone, et peut aligner un palmarès des plus impressionnants. Les lettres de Suisse romande y sont déjà brillamment illustrées, puisque Philippe Jaccottet figure dans cette prestigieuse pléiade. Il est rejoint par une autre figure essentielle de cette littérature dont les écrivains de Belgique se sentent très proches.

À l’instar de Colette Lambrichs et du regretté Hubert Nyssen, Bertil Galland a un impressionnant bagage d’éditeur à son actif. Cette activité a occulté durant des années son profil d’auteur, et ce d’autant plus qu’il a inscrit son propre nom à l’enseigne de sa maison fondée en 1972. Il s’y est dévoué corps et âmes aux meilleurs écrivains romands, puisqu’il a publié, parmi nombre d’autres, Corinna Bille, Georges Borgeaud, Maurice Chappaz, Jacques Chessex ou Jacques Mercanton. Il s’est aussi consacré à une meilleure connaissance par les Suisses francophones des auteurs alémaniques et tessinois.
Mais cette activité absorbante — il a fondé la revue Écriture avec Jacques Chessex, il a contribué au lancement du Nouveau Quotidien avec Jacques Pilet, fer de lance de la cause européenne — ne l’a jamais distrait de son écritoire personnel. Cette œuvre fait à présent l’objet d’un vaste effort de rassemblement, assuré par les éditions Slatkine. Deux volumes sont déjà sortis d’un ensemble qui en comptera huit, comprenant des essais, un roman, des reportages (Galland est, par excellence, un écrivain voyageur), des portraits d’auteurs et d’autres personnalités tant  politiques qu’artistiques et même une encyclopédie intime.

Les deux premiers volumes de ce qui s’annonce comme un monument des lettres sont, d’une part, des mémoires de jeunesse intitulés Les pôles magnétiques, inédits à ce jour, et des traductions, l’auteur né de père vaudois et de mère suédoise n’ayant cessé de s’attacher à la transposition en langue française d’œuvres qui l’avaient enchanté dans leur version originale.

L’Académie est heureuse de pouvoir, à travers Bertil Galland, rendre hommage à une personnalité symbolique d’une autre littérature française hors de France.