Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


PRIX
Liste des prix
Index par lauréat
Index par année

ACTUALITÉ
Lauréats de l'année
Prochaines attributions

Prix littéraires


Prix Émile Polak 2010

Laurent Fadanni

 Laurent Fadanni : Cartographie du vertige (L’Interligne)

Lauréat :

Laurent Fadanni pour son recueil poétique Cartographie du vertige (L'Interligne, 2009).

Jury :

François Emmanuel, Yves Namur, Gabriel Ringlet.

Extrait de l'argumentaire du jury :

Laurent Fadanni est né de parents italiens en 1976. Il a obtenu une licence en philologie romane à l'Université de Liège et il a également poursuivi des recherches en littératures africaines à l'Université Cheik Anta Diop de Dakar. Passionné de voyages, de littératures anciennes et de théâtre physique (avec une prédilection pour le Butô), il enseigne actuellement le français à Vancouver où il réside depuis 2006. Son premier recueil de poésie, C'est pas ce soir qu'on mangera les étoiles (Memory Press, 1999), fut publié par André-Marcel Adamek avec une préface de Marcel Moreau, un modèle d'écriture viscérale pour ce jeune auteur que nous récompensons aujourd'hui. Sont également parus Du pop-corn pour les anges (2003) et Anatomie de l'échec (2007).

Cartographie du vertige, deuxième recueil de poésie de Laurent Fadanni publié aux Éditions l'Interligne, témoigne de ses multiples explorations à la frontière des civilisations (le Grand Nord, les Rocheuses ou par exemple les canyons et déserts de l'Ouest des États-Unis). Comme l'écrivait Octavio Paz dans son Singe Grammairien, le texte ne mène peut-être en fin de compte qu'à «la connaissance de soi-même». Ainsi en est-il de la présente démarche de Laurent Fadanni.

Un recueil construit en quatre parties : Le murmure du peyolt, La pensée barbare, L'appel des gouffres et des sommets et La malédiction nomade. Une poésie qui rend bien compte du désir du poète de «combler ses déserts intérieurs et son insatiabilité».