Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Franz Hellens ou Le Temps dépassé
de Robert Frickx

Robert Frickx : Franz Hellens ou Le Temps dépassé

Genre : Essai
Format : 16 x 24 cm
Nombre de pages : 452 p.
Date de publication : 1992
ISBN : 2-8032-0024-4
Prix : 21,10 €

À propos du livre (4e de couverture)

Né à Bruxelles le 8 septembre 1881, mais élevé à Gand où il conquit son diplôme de docteur en droit, Frédéric Van Ermengem, qui prit plus tard le nom de Franz Hellens, est l'auteur d'une œuvre nombreuse comprenant romans et nouvelles, pièces de théâtre et poèmes, essais, critiques, souvenirs intimes.

Malgré d'éclatantes réussites (Mélusine, Moreldieu, Mémoires d'Elseneneur), il reste, en Belgique, un écrivain trop peu lu. Pourtant, son apport à la littérature est considérable. Il fut le premier romancier belge à tourner le dos au régionalisme pour aborder des domaines peu explorés chez nous : la fantaisie, le rêve, le parodie, l'aventure. Il a doté la poésie d'un langage moderne dont la rigueur, la densité contrastent avec la mollesse et l'imprécision des œuvres symbolistes. Il a fréquenté les plus grands auteurs de notre temps, de Paulhan à Cocteau, de Gorki à Supervielle, d'Aragon à Ghelderode. Grâce au Disque Vert, il a jeté des ponts entre la Belgique et la plupart des autres pays d'Europe. Ce fut un découvreur de talents, qui contribua au succès de nombreux peintres et littérateurs : il fit connaître Essenine et Maïakowski et fut le premier à publier des textes de Michaux.

Bien qu'on lui ait fréquemment rendu hommage, il manquait sur Hellens un ouvrage de synthèse, qui fût à la fois une biographie et une analyse en profondeur de l'œuvre littéraire. C'est la tâche à laquelle s'est attelé l'auteur du présent travail, puisant abondamment dans la correspondance de l'écrivain, mais recourant aussi aux documents d'état-civil, aux témoignages des contemporains et au volumineux Journal de Frédéric, à ce jour encore inédit.

Lire un extrait

Franz Hellens, de son vrai nom Frédéric Marie Jeanne Joseph Van Ermengem, est né à Bruxelles le 8 septembre 1881. Ses parents, Émile Pierre Marie Van Ermengem, docteur et médecine, et Marie Hélène Clotilde Prosper Vanderveken, sans profession, sont tous deux originaires de Louvain ; mais, en 1881, ils résident à Bruxelles, au n° 37 de la rue du Midi (l'actuelle avenue de Stalingrad). C'est dans cette maison que Frédéric voit le jour, à sept heures du matin.

Son père a trente ans. Né à Louvain le 15 août 1851, il est le fils aîné de Denis Corneille Van Ermengem et de Marie Élisabeth Vandervorst, domiciliés rue de Bruxelles, 41, où ils tiennent un magasin de tissus spécialisé dans la vente d'habits sacerdotaux. Denis Corneille était né à Werchter le 25 août 1822; Marie Élisabeth avait vu le jour à Willebringen, le 10 septembre 1821; ils eurent cinq enfants : Émile Pierre Marie, Jean Joseph Denis Marie (1854), Marie Catherine Wilhelmine (1857), Pierre Marie Albert (1859) et Anne Marie Josèphe (1863). Denis, qui avait failli devenir prêtre, citait volontiers Horace et Virgile dans son magasin de la Brusselsestraat. Cette boutique pittoresque, où l'on parlait tantôt français, tantôt flamand, Hellens l'a évoquée à plusieurs reprises, et notamment dans Le monde inférieur, un des récits de Frédéric.

Émile Van Ermengem étudia la médecine à l'Université de Louvain et obtint, le 20 septembre 1875, le grade de docteur en médecine, chirurgie et accouchements, avec la plus grande distinction. Il publie son premier travail la même année ; lauréat du concours pour les bourses de voyages en 1876, il fréquente les laboratoires de Claude Bernard et de Ranvier, les principales cliniques d'Édimbourg, de Londres et de Vienne. Il poursuit ses recherches à Berlin, à Marseille, à Paris. En 1885, il est envoyé en Espagne par le Gouvernement qui, en octobre de la même année, lui confie, à l'Université de Gand, les cours d'hygiène publique et privée et le cours de bactétiologie.

Table des matières

Introduction

Avertissement

La vie de Franz Hellens

L'œuvre de Franz Hellens
Les romans et les contes
La poésie
Le théâtre
La critique et l'essai
«Le Disque vert»

La personnalité de Franz Hellens
Esquisses pour un portrait moral
Du côté de chez Freud : Hellens et la femme
Hellens et l'amitié
Hellens et la politique
Hellens et les Juifs
Hellens et son temps
Hellens et la foi : le problème du Bien et du mal
Hellens et la Flandre

L'art de Franz Hellens
1. Le dur métier d'écrire
2. De la théorie à la pratique
La poésie
Le roman et le conte : De la pensée à l'écriture; Le fantastique réel; Les procédés narratologiques; L'écriture; Héros ou anti-héros; Le théâtre; La critique et l'essai
3. Les sources

Conclusion

Notes

Bibliographie

Chronologie