Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Marcel Thiry
de Charles Bertin

Charles Bertin : Marcel Thiry

Genre : Essai
Format : 16 x 24,5 cm
Nombre de pages : 296 p.
Date de publication : 1997
ISBN : 2-8032-0024-4
Prix : 21,10 €

À propos du livre (4e de couverture)

Si je n'estimais superflu d'adjoindre une mention quelconque au nom de l'auteur de Vie Poésie sur la couverture de ce volume, je prendrais exemple sur le choix qu'il fit lui-même en abordant les sonnets de Shakespeare. Je donnerais à ce livre un sous-titre à la fois insolent et modeste : Attouchements des œuvres de Marcel Thiry.

Modeste, car la présente étude n' a nullement la prétention de constituer une analyse exhaustive. Insolent, car tout attouchement implique une familiarité de comportement qui n' est pas permise à tout le monde, une intimité d'intelligence et de cœur avec l'œuvre attouchée, une complicité qui s'autorise un certain nombre de ces complaisances qui ne sont généralement accordées qu' aux amants. C'est exactement ce statut de libertinage passionné à l'égard de l'œuvre de Marcel Thiry que revendique le volume qu'on va lire.

Dans mon commentaire de la quarantaine de volumes et de recueils qui composent cette œuvre, j'ai pris soin d'associer étroitement la part de la poésie et celle de la prose. On commet trop souvent l'erreur de les séparer en les considérant comme deux corps distincts, alors qu'elles constituent les versants complémentaires de l'imaginaire du même homme.

Si l'œuvre romanesque est principalement fondée sur la révolte contre un certain nombre de fatalités de notre univers, l'œuvre poétique s'attache avant tout à évoquer l'irréductible mystère du vivant. Marquée par l'obsession de la faute curieusement mêlée à un goût très vif pour le bonheur et tous les plaisirs de la terre, elle célèbre le pouvoir de la Poésie, reine du monde, et exprime la conviction que toute vie a vocation de résoudre une équation des contraires : le métier et le bonheur, la galère et le chant, le quotidien et le miracle, la fortune et l'infortune.

L'honneur de l'auteur de Statue de la Fatigue est d'avoir donné un ton nouveau à l'humanisme contemporain et d'avoir organisé en un langage qui n'appartient qu'à lui les accordailles difficiles de l' espèce et du siècle.

Lire un extrait

Ce Liégeois qui fut le poète de toutes les efflorescences dont la modernité a paré notre époque, naît de justesse à Charleroi, 33, quai du Brabant, à la fin de l'autre siècle. Il a plaisamment évoqué lui-même ce caprice du destin :

«– Mon mal ? Docteur, j'ai un pied dans le dix-neuvième siècle…

– Est-ce de naissance, Monsieur ?

– Je suis né en 1897.

– Pied congénital! Nous aimons mieux ça! Il y a périodiquement, par vagues, des gens nés après 1900 chez qui se déclare une dis-neuviémie à forme régressante. Cela peut leur coûter très cher, par exemple en achat de réverbères en fonte à placer dans leur jardin. D'autre part, 1897, ça ne peut pas vous faire un très grand pied. Nous restons dans les limites de l'archépode tolérable.»

Fils de Camille Thiry et de Zoé Anème dont il célébrera la souvenir à la fin de sa propre vie dans un poème bouleversant, il vint au monde quand on ne l'attendait plus : treize ans après sa soeur Rosa et neuf ans après son frère Oscar.

L'auteur de L'Enfant prodigue a évoqué à deux reprises les prénoms à forte consonance romaine, byzantine ou médiévale dont on avait coutume d'affubler les enfants dans sa famille de bourgeoisie commerçante : «J'ai déjà confessé quelque part que j'avais eu un oncle Zacharie, une tante Euchariste, une cousine Vélina.» L'éclat de cette onomastique fortement enluminée constitue probablement le seul héritage que la tribu Thiry ait emporté de son séjour dans la région de Charleroi.

Dès 1898, la famille quitte Charleroi pour Liège où Camille Thiry ouvre un «commerce de bois-et-charbons» au boulevard de la Constitution. C'est Marcel Thiry lui-même qui nous fournit les informations que nous possédons sur son enfance. Il l'a fait dans trois textes peu connus : Le Pied, d'où proviennent les deux citations précédentes, un article intitulé «Fugue à Ostende», et Falaises, devenus tout à fait introuvables avec le temps, me paraissent d'un intérêt biographique assez grand pour être mis sous les yeux du lecteur : on les trouvera reproduits dans les annexes du présent volume.

Table des matières

Note préliminaire

Avant-propos

Chapitre 1 (de 1897 à 1918)
Chapitre 2 (de 1919 à 1935)
Chapitre 3 (de 1936 à 1940)
Chapitre 4 (de 1940 à 1959)
Chapitre 5 (de 1960 à 1969)
Chapitre 6 (de 1960 à 1969 – suite)
Chapitre 7 (de 1970 à 1977)
Chapitre 8 (œuvres posthumes et rééditions)
Chapitre 9 (l'homme au miroir de l'œuvre)

Annexes
Le Pied
Falaises
Fugue à Ostende
Expérience poétique
Lettre du 9 août 1972

Bibliographies
- Bibliographie chronologique des ouvrages, tirés à part, ainsi que de quelques articles importants de Marcel Thiry
- Bibliographie chronologique des préfaces ou postfaces de Marcel Thiry
- Bibliographie chronologique des contributions de Marcel Thiry à des ouvrages collectifs
- Bibliographie chronologique des ouvrages consacrés entièrement ou partiellement à Marcel Thiry
- Bibliographie chronologique de quelques articles consacrés à Marcel Thiry