Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Figures détruites
de Charles Plisnier

Charles Plisnier : Figures détruites

Genre : Récits
Collection : Histoire littéraire / Poche
Format : 11,5 x 18 cm
Nombre de pages : 327 p.
Date de publication : 1994
ISBN : 2-8032-0006-6
Prix : 9,50 €
Préface de Charles Bertin

À propos du livre

Voici l'une des œuvres les plus émouvantes, les plus injustement méconnues et, sans doute, l'une des plus originales de Charles Plisnier. Les visages de femmes qui y apparaissent sont les premiers qu'il rencontre dans le cours de son exploration des passions humaines. L'année 1930, où il les compose, marque le début d'une des périodes les plus fécondes de sa vie d'écrivain…

Lire un extrait

Jamais je n'aurais oublié Aimée.

Mais sans doute son image fût demeurée à demi morte et comme embaumée, quelque part entre d'autres souvenirs, si brusquement je ne l'eusse retrouvée tout entière dans cette liasse de feuilles écornées, jaunes par places, toutes couvertes de cette poésie sale que met le temps aux choses délaissées.

En feuilletant ces papiers de maman, je cherchais, oui, des figures anciennes qui me fissent bien souffrir, peut-être quelques fils qui m'eussent ligoté à mon enfance, quelques appels qui m'eussent retenu d'aller plus loin dans ces régions de la vie où les traditions expirent, où les objets cessent d'avoir deux sens et se laissent tout entiers photographier.

Il y aurait eu des lettres de ce cousin qui plantait du café en Inulinde ; des portraits de cette tante morte à vingt ans, vingt ans avant je ne naquisse, et que je chérissait tant à cause de sa robe de mariée, des fleurs de ses cheveux ; des notes écrites par maman en marge de Lamartine qui étaient comme si des larmes achevaient de pâlir là. Je ne m'attendais pas à trouver ce dossier brun sur lequel je lirais : «Miguadeaux contre Ministère Public.»

Mais tout de suite, j'ai reconnu cette chose. Ce n'était pas la première fois que je la découvrais. Et alors Aimée est redevenue présente, pour autant que jamais un tel être puisse être présent.

Table des matières

Préface

Heureux ceux qui rêvent
Une voix d'or
Bonheur de rien
Permis d'inhumer
Ni fleurs ni couronnes

Dates de composition