Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Poésie (1944-2004)
de Philippe Jones

Philippe Jones : Poésie (1944-2004)

Genre : Poésie
Éditeur : En partenariat avec La Différence
Collection : Œuvres littéraires
Format : 15 x 23 cm
Nombre de pages : 446 p.
Date de publication : 2005
ISBN : 2729115625
Prix : 30,00 €
Préface de Charles Dobzynski

À propos du livre

Au point culminant de la poésie belge contemporaine, Philippe Jones joue un rôle particulier. Non point celui d'un phare, de ceux que célébrait Baudelaire : il est trop discret pour revendiquer une situation privilégiée. Mais depuis plus d'un demi-siècle (le poète est né à Bruxelles en 1924) son œuvre a pris l'extension d'un archipel de corail. Pourtant, si ses branches s'étendent de part et d'autre de la frontière, on ne les remarque pas toujours comme il le faudrait, parce que les critiques sont souvent myopes et que de ce côté-ci, on n'attache pas à la poésie l'intérêt qu'elle suscite dans de nombreux autres pays européens (en Italie ou en Angleterre par exemple). Ainsi, alors que cette œuvre s'est imposée depuis la dernière guerre comme une des plus marquantes du paysage littéraire d'outre-Quiévrain, aux côtés de celles de Marcel Thiry, Albert Ayguesparse, Fernand Verhesen, André Miguel, Liliane Wouters, Jean Tordeur, Achille Chavée, Robert Goffin, sans parler de Norge et d'Henri Michaux (que l'on s'est plu à annexer) il est fort peu et mal représenté dans nos anthologies et nos histoires.

À la faveur de ce volume qui réunit à présent son œuvre poétique complète, nous allons enfin pouvoir prendre la mesure d'un homme qui n'a cessé d'être l'exemple de la rigueur dans sa démarche et de la fidélité à une conception de la poésie exempte de toute concession à la mode et aux sirènes médiatiques. Une poésie qui n'est pure que parce qu'elle est vraie, lieu de recherche d'une vérité de l'être nourrie de la recherche d'une vérité du monde. Frédéric Nietzsche écrivait : «Notre chasse à la vérité/est celle d'une chasse au bonheur.» Ces deux attitudes ont trouvé leur point de jonction dans l'œuvre de Philippe Jones, où le bonheur consiste précisément à trouver la vérité de soi, comme celle des autres, la vérité de l'amour dans la vision de la nature

Lire un extrait

Mémoire à venir

faut-il noter les ouvertures
le jeu d'un mot sur l'autre
l'aube et le soir des phrases
des lettres en troupeaux
l'ombre d'un sens sur la colline

l'instant saisi retient le souffle
puis l'impossible est là
le buis l'ambre et l'aubier
sans appel au hasard
rien que des sons mais solidaires

***
tout mouvement trouve un langage
une épaule articule
et se dessine un geste
s'interroge ou répond
vers un accueil la main fleurit

un froncement sème le doute
il durcit le regard
tous les taillis se taisent
des mots vont percuter
chaque passant craint un chasseur

***
la maison en mains de lumière
la femme aux phrases vives
aux voyelles ouvertes
douce conjugaison
du sable lisse et d'une larme

reste debout la seule image
tremblante en son matin
lavée de l'actuel
gardant au filigrane
le souvenir de ce qui fut

***
l'épaule et son dévoilement
ce jour tumultueux
un grouillement de filles
met l'araignée au ventre
attendre encore et tout son deuil

le dérapage et la descente
imperceptible en poids
comme une pourriture
un fantasme vainqueur
l'écroulement d'une façade

***
une ouverture et sa question
couleurs entrebâillées
se découpant sur rien
un nuage distrait
gomme du ciel l'oiseau qui passe

franchit le seuil saisir l'effort
détourner le miroir
en briser l'apparence
dans une étape d'être
pose un jalon son devenir

***
de quel écho le souvenir
vient-il monter la garde
la banquise un reflet
des dauphins vivifiants
à l'est un soleil fait la une

Table des matières

Préface de Charles Dobzynski

Poèmes de Philippe Jones

Bibliographie