Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Œuvres poétiques complètes. Tome 2 (1932-1936)
de Charles Plisnier

Charles Plisnier - Oeuvres poétiques complètes. Tome 2 (1932-1936)

Genre : Poésie
Format : 14 x 19,5 cm
Nombre de pages : 396 p.
Date de publication : 2000
ISBN : 2-8032-0039-2
Prix : 18,60 €

À propos du livre

Ce deuxième tome des Œuvres poétiques complètes de Charles Plisnier réunit les cinq recueils publiés par le poète entre les années 1932 et 1936.

Fertilité du désert, qui appartient, comme Prière aux mains coupées, à cette période de sa vie où Charles Plisnier avait choisi d'adopter les techniques de l'écriture surréaliste.

Odes pour retrouver les hommes où il prend congé de quelques-unes des fascinations qui avaient obsédé sa jeunesse et où il esquisse les premiers pas qui le mèneront quelques années plus tard au dépouillement de Sacre.

Et cette trilogie à la gloire de la révolution d'Octobre, que le poète intitule Que notre règne arrive et dont les panneaux se nomment «Déluge», «Babel» et «Sel de la terre» : hymne de gratitude et de louange que l'auteur dédie à ses anciens compagnons de la lutte communiste, à ces Iwans, ces Fédors, ces Pawels, que son souvenir auréole d'une douce et mystérieuse lumière qui, en dépit du blasphème appuyé du titre, a quelque chose d'évangélique : «Et je n'ose penser aux saints, écrit Plisnier, encore que peut-être il existe une sainteté pour qui Dieu n'a pas de nom.»

Lire un extrait

Nous qui eûmes alors quinze ans
nous ouvrions encor notre chambre
à l'obscure marée des songes
La nuit nous allions en secret
boire avec des trappeurs de l'Hudson des punchs bleus des neiges d'étoiles
Les icebergs venaient à notre rencontre
Les squales aux nageoires de soufre
traçaient au bord des profondeurs la courbe en biseau de la chance
Ou nous délivrions une Malaise mêlée aux lianes du soleil
qui nous donnait ses seins mauves
pour remercier nos yeux
Ainsi le matin nous trouvions aux franges de nos songes
d'étranges chevelures
sous-marines
et des algues
Sûrement un garçon semblable à moi
déjà criait de l'autre côté des plages
mais c'était pour annoncer qu'un cercueil de cristal
plein de coraux et de violettes
venait à ma rencontre au milieu de la mer
Herman disait qu'on ne savait quel Dieu
se défaisait dans l'espace invisible

Table des matières

Fertilité du désert
Odes pour retrouver les hommes
Déluge
Babel
Sel de la terre