Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Bass-Bassina-Boulou
de Franz Hellens

Franz Hellens : Bass-Bassina-Boulou

Genre : Roman
Collection : Histoire littéraire / Poche
Format : 11,5 x 18 cm
Nombre de pages : 276 p.
Date de publication : 1992
Prix : 9,50 €
Préface de Robert Frickx

À propos du livre (extrait de la Préface)

Bass-Bassina-Boulou marque un tournant dans l'inspiration d'Hellens. On a dit que ce livre constituait la contribution du poète à la vogue de l'art nègre qui, sous l'influence des fauves et des cubistes, se répand alors en Europe. (…) En fait, Bass-Bassina-Boulou est bien plus qu'une illustration opportune d'une mode ou d'une tendance; il constitue, sous sa forme romanesque, la première expression de la philosophie animiste à laquelle, en dépit de quelques variations de détail, Hellens restera fidèle jusqu'à sa mort.

(…) Bass-Bassina-Boulou est un fétiche que le sorcier noir Mouata-Yamvo a sculpté dans le bois de manguier et auquel il a insufflé la vie. Il l'instruit et l'éduque : «Tu es dieu. Cependant, apprends à connaître ton image afin de devenir maître de ta propre force.» La destinée du pauvre fétiche n'aura pourtant rien de divin ; préfiguration métaphorique du Naïf, il sera confronté à une série d'événements tragiques ou grotesques qui le feront douter rapidement de son pouvoir magique.

(…) L'œuvre apparaît, d'entrée de jeu, comme une sorte d'apologue retraçant l'histoire de l'homme depuis sa naissance jusqu'à sa mort. (…) On ne peut s'empêcher de voir dans le personnage du sorcier, donnant la vie à sa créature, et surtout dans celui de Bass-Bassina-Boulou lui-même, doué de pouvoirs supérieurs à ceux des hommes, des représentations allégoriques du poète ou de l'artiste.

Lire un extrait

Quelque chose s'étira à la surface de la tête de Bass-Bassina-Boulou. Des cercles jaunes et bleus s'éloignaient en flottant. Il éprouvait une douleur aiguë un peu plus bas que l'endroit qui venait de s'ouvrir de deux côtés à la fois, et il commença à voir et à sentir. Il aperçut un homme qui tenait dans la main une chose dont l'aspect lui fit peur. L'homme se dressa tout à coup, se mit à sauter en agitant les bras, criant :

– Il vit! Il vit! Loué soit l'être jeune qui n'a pas de commencement. J'ai brûlé sa bouche avec la tige de fer rouge et la vie lui est venue!

Ces paroles étaient alors dépourvues de sens pour Bass-Bassina-Boulou. Son maître lui apprit plus tard ce qu'elles voulaient dire. Il lui expliqua aussi comment les yeux en s'ouvrant jettent devant eux des cercles de différentes couleurs, qui vont accrocher les objets et les ramènent dans la vue.

Lorsqu'il eut fini de gambader, l'homme s'approcha de la forme en bois de manguier à laquelle il venait de communiquer la vie. Bass-Bassina-Boulou se sentit tout à coup balancer. Les lignes et les couleurs qu'il commençait à entrevoir se mirent à bouger autour de lui, à tourner, à s'allonger. Puis chaque chose reprit sa place. Il lui sembla qu'il était fixé cette fois pour toujours. L'homme seul remuait encore tout entier. Il s'éloigna et revint avec un objet brillant qu'il levant devant les yeux de Bass-Bassina-Boulou, et pendant quelques instants il demeura ainsi immobile.

– Je t'ai posé dans un endroit élevé de la hutte, où aucune main n'osera t'atteindre, annonça-t-il d'une voix toute différente de celle de tantôt. Tu es dieu. Cependant, apprends à connaître ton image afin de devenir maître de ta propre force.

Comme Bass-Bassina-Boulou jetait les cercles de ses yeux sur l'objet brillant placé devant lui, il aperçut dedans une chose toute proche, compliquée, de formes curieuses. Il remarqua que ces formes étaient les mêmes, mais plus petites, que celles qui composaient l'ensemble de son maître ; quelques-unes pourtant paraissaient autrement disposées. Le maître avança la main : Bass-Bassina-Boulou la vit en même temps près de lui et dans l'objet qui brillait. Il sentit un doigt sur son corps et vit qu'il était posé au même instant contre une partie du corps immobile qu'il apercevait devant lui.

– Ceci est ta main, dit-il. Tu sentiras par là que la matière existe, dure, molle, douce ou rugueuse. Ceci est ta bouche, que j'ai brûlée afin de purifier tes plus bas désirs : c'est par là que sort la parole et que va la nourriture qui se transforme en feu à l'intérieur du corps. Ceci est ton nez : il prend par ses deux trous les odeurs. Ceci est ton oreille : tu en possèdes une de chaque côté de ton visage, et c'est par là que tu entendras les bruits et les paroles qu'il faut retenir. Et ces deux cercles allongés, ce sont tes yeux capables de voir tout ce qui remue et ce qui est privé de mouvement; mais tu sauras que la pierre même est vivante.

Le maître apprit ensuite à Bass-Bassina-Boulou la signification de chacune des parties de son corps. À mesure qu'il parlait, Bass-Bassina-Boulou se sentit rempli d'une grande peur, parce que tout ce qu'il voyait devant lui demeurait immobile, tandis que les parties correspondantes de son maître pouvaient changer de place.

Table des matières

Préface

I. Naissance et premières sensations de Bass-Bassina-Boulou
II. Comment Bass-Bassina-Boulou prend conscience de sa divinité
III. Bass-Bassina-Boulou commence à connaître les hommes et reçoit la prière de Makito
IV. Il faut être bête à l'extérieur et sage au-dedans
V. Courtes relations de Bass-Bassina-Boulou avec Bouchon de Carafe
VI. Mouata-Yamvo meurt d'avoir bu trop de vin de palmier et fumé trop de graines de chanvre
VII. Le Temple des serpents
VIII. Bass-Bassina-Boulou reçoit sa première humiliation et apprend à connaître les hommes
IX. Au bord du grand fleuve, Bass-Bassina-Boulou reçoit la révélation de l'univers
X. Le maître de l'univers allume la plaine avec le feu du soleil
XI. Bass-Bassina-Boulou et Makito sont emmenés par des marchands qui se rendent chez le roi Zoulou-Lala
XII. Bass-Bassina-Boulou es présenté à Zoulou-Lala, le roi très terrible
XIII. Où Bass-Bassina-Boulou fait connaissance avec les bêtes, avec Saka et s'éprend de Marouka
XIV. Marouka, après avoir dansé et chanté pour Bass-Bassina-Boulou, est répudiée par le roi très terrible
XV. Bass-Bassina-Boulou sauve l'enclos d'un grand désastre
XVI. Comment Marouka est chassée du palais de Zoulou-Lala et comment Saka essaie de consoler le maître de l'univers
XVII. De la grande colère de Bass-Bassina-Boulou et d'un événement qui prend une considérable importance dans sa destinée
XVIII. Bass-Bassina-Boulou est emporté dans la caravane des esclaves et revoit la plaine, le fleuve et la montagne
XIX. Où le maître de l'univers retrouve Marouka d'une façon inattendue
XX. Zoulou-Lala et les hommes du radeau trouvent refuge sur une île où le maître de l'univers observe à loisir les effets de la faim et de la soif
XXI. Où Bass-Bassina-Boulou reçoit la dernière prière de Makito
XXII. Voyage de Bass-Bassina-Boulou dans les trois dimensions
XXIII. Bass-Bassina-Boulou règne sur la vitesse du temps et la légèreté de l'air
XXIV. Bass-Bassina-Boulou entre comme une mascotte au service de Boîte-à-Sardines
XXV. Bass-Bassina-Boulou se désole dans la solitude et l'abandon
XXVI. « Parce que tes oreilles sont larges comme les oreilles de l'éléphant, tu entendras la voix cachée de la conscience »
XXVII. Bass-Bassina-Boulou passe au service de Boutonnière qui l'emmène dans le monde de Paris
XXVIII. Où Bass-Bassina-Boulou commence à juger le monde de Paris
XXIX. Bass-Bassina-Boulou montre qu'il n'est pas une mascotte, mais un dieu libre et juste
XXX. Comment Bass-Bassina-Boulou entre dans le monde des misérables
XXXI. Où le hasard met en présence de Bass-Bassina-Boulou une ancienne connaissance que le maître de l'univers revoit avec satisfaction
XXXII. Départ de Saka pour un monde meilleur
XXXIII. Après le départde Saka, Bass-Bassina-Boulou fait la connaissance d'une nouvelle compagne
XXXIV. Où le maître de l'univers reçoit l'adoration de deux petites mains
XXXV. Départ de Bass-Bassina-Boulou pour le monde des débris et des pourritures
XXXVI. « Parce que l'ensemble de ton corps est roide et symétrique, parce qu'il ne bougera pas jusqu'au jour où le feu le réduira en cendres, toute la fierté du mouvement est en toi et tu es maître du mouvement »