Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Les Routes du Nord
de Victor Misrahi

Victor Misrahi : Les Routes du Nord

Genre : Roman
Collection : Poésie Théâtre Roman / Poésie
Format : 11,5 x 18 cm
Nombre de pages : 252 p.
Date de publication : Février 2000
ISBN : 2-8032-0037-6
Prix : 9,50 €
Préface de Paul Delsemme
Portrait par Jean Mogin et Lucienne Desnoues

À propos du livre

C'est pendant sa captivité en Allemagne comme soldat, c'est à la lecture d'un conte de Charles Nodier évoquant au détour d'une phrase l'émigration de Français après les événements de 1789, que Victor Misrahi conçut le sujet de son roman Les Routes du Nord. L'œuvre, longuement mûrie, parut chez Gallimard en 1960 et obtint le Prix Victor Rossel de cette année. L'auteur n'était pas un inconnu. Poète, il avait publié deux recueils : en 1954, Large des saisons, dont Émilie Noulet, juge sévère, fit une critique très élogieuse; en 1958, L'Amande ouverte, qu'Albert Ayguesparse distingua. Collaborateur de Synthèses et de Marginales, il était devenu un familier du milieu littéraire bruxellois.

Lire un extrait

«Voilà des mois que ces bougres n'en finissent pas de nous empoisonner! Pour ceux-ci, je ne vois rien à dire; ils sont tout à fait en règle.» Sur cette conclusion, dont chaque mot lui échappait, le cocher reprit possession des passeports sans sourciller; seule Mme de Gurson, qui entendait un peu l'allemand, vit là une façon bien décevante d'être accueillie en terre d'Empire. Le ton de ce fonctionnaire lui rappelait fâcheusement Paris. Elle n'en dit rien à sa belle-sœur et contempla les poteaux noirs et jaunes surmontés d'aigles qui, eux, étaient rassurants.

Au bord de la route, son neveu triomphait avec l'assurance de son âge: ainsi qu'il l'avait affirmé plus d'une fois, on pouvait bel et bien sortir de France sans encombre. Pour sa part il se sentait prêt à continuer des jours entiers un aussi plaisant voyage. Pourquoi ne pousserait-on pas sur-le-champ aussi loin que possible vers la Moselle? Le vieil Antoine, rendu à son humeur à la fois grognonne et goguenarde, parla de ses chevaux puis renvoya Jean à sa tante, «le chancelier», comme il disait non sans d'excellents et fort anciens motifs. On s'en remit cependant de bonne grâce à l'idée du jeune homme, qui, satisfait, remonta dans la berline. Manifestement neuve, des mieux agencées, celle-ci n'avait contre elle que sa méchante couleur sombre, «un vert à dégoûter l'espérance elle-même», avait décrété Mme de Vaudrey.

Table des matières

Préface: un roman historique stendhalien, par Paul Delsemme

Portrait, par Jean Mogin et Lucienne Desnoues

Les Routes du Nord