Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Jean de Boschère ou le mouvement de l'attente
de Christian Berg

Christian Berg - Jean de Boschère ou le mouvement de l'attente

Genre : Essai
Format : 16,5 x 25,5 cm
Nombre de pages : 372 p.
Date de publication : 1978
Prix : 18,60 €

À propos du livre

Si Jean de Boschère est resté l'«Obscur», le «Paria» des lettres françaises du XXe siècle, c'est avant tout parce que son oeuvre se déploie du côté de l'excès, de la transgression, du non-savoir et du vide. Irréductible, ce rebelle solitaire a consacré sa vie à atteindre l'extrême du possible «sur les ténébreuses frontières de l'humain».

Juxtaposant les événements de la vie, la genèse de l'oeuvre et la progression de l'expérience intérieure, l'auteur de cette étude basée sur une riche documentation inédite et sur les milliers de lettres de la correspondance de Jean de Boschère, a retracé les méandres d'un itinéraire qui part du symbolisme, traverse l'imagisme anglo-américain, côtoie le surréalisme, croise les chemins d'Elskamp, de Suarès, de Pound, d'Artaud, de Milosz. Boschère-lenomade, éternellement à la recherche de son lieu, employa tous les moyens d'expression pour dire le mouvement de son espérance spirituelle: roman, poème en prose, essai, peinture, gravure, dessin, sculpture. Pour constater, à la fin de sa vie, que seule la poésie était capable de livrer le langage à la démesure et à l'impossible.

Lire un extrait

Début du CHAPITRE PREMIER : JEUNESSE D'UN REBELLE

«Donc pas d'exhibition d'ancêtres» promet Jean de Boschère, au seuil de ses mémoires inédits. Il ne peut s'empêcher, pourtant, comme tout homme qui tente de retrouver ses racines, d'indiquer qu'une petite commune à l'ouest de Rouen s'appelle St-Martin-de-Boscherville et qu'un Bosschere (sans accent), maître-tonnelier de son état, offrit au quinzième siècle un vitrail à une église de Gand. Peut-être l'auteur du Bourg se serait-il réclamé avec autant de fierté de ce Franciscus de Bosschere, chaudronnier originaire de Courtrai et établi, pendant les premières années du XIXe siècle, à Cortemarcq. Le fils de Franciscus, prénommé Jan, enrôlé de force dans les armées de Napoléon Ier, est l'auteur de touchantes lettres, écrites depuis les hauts lieux de l'épopée napoléonienne, que Marnix Gijsen retrouva et publia en 1930. Si Boschère avait eu connaissance de ces hypothétiques ancêtres, il aurait sans nul doute fait figurer le chaudronnier et le soldat, au même titre que le tonnelier, parmi ses Métiers divins.

Mais laissons là les ancêtres, présumés ou certifiés, pour nous intéresser aux proches parents de l'écrivain. Son grand-père, Henri de Bosschère, est né à Anvers en 1824 et exerça dans cette ville le métier d'horticulteur. En 1863, lorsqu'il devint inspecteur des plantations de la ville d'Anvers, il ne manqua pas de se conférer le titre, sans doute plus en rapport avec ses fonctions, d'«architecte de jardins». Son fils Charles, né le 17 décembre 1850 à Anvers, se passionna lui aussi pour les sciences naturelles. Après des études d'instituteur à l'École Normale de Lierre, il devait devenir un botaniste de réputation internationale. Lauréat du Prix Joseph de Keyn en 1888, il fut l'organisateur de nombreuses expositions horticoles, rédacteur de revues spécialisées, journaliste horticole, membre correspondant des principales sociétés horticoles étrangères. Il est l'auteur d'une impressionnante série d'articles et d'ouvrages spécialisés et notamment d'une étude, abondamment illustrée, sur les Serres Royales de Laeken.

Henri de Bosschère destinait son fils à la prêtrise. Charles refusa d'entrer au séminaire et devint même, après ses études à l'École Normale de Lierre, farouchement anticlérical. Instituteur, il s'attaqua violemment, lors d'une conférence organisée par le Willemsfonds, à l'enseignement de la religion dans les écoles : «L'enseignement de la religion doit disparaître de l'école, sa place est au foyer et dans l'église. Il est pour le moins imprudent d'enseigner de nos jours la doctrine catholique à l'école, car des erreurs et des inepties ont déformé et rendu méconnaissable l'enseignement original qui est, en outre, en retard sur le développement intellectuel d'aujourd'hui.» Le problème était alors d'une actualité brûlante et la «question scolaire» déchirait le pays. Charles choisit le parti des libéraux, s'affilia à la Loge anversoise des Francs-Maçons, ce qui lui ferma du même coup les portes de l'enseignement catholique et brisa une carrière qui, d'après Jean de Boschère, aurait pu le mener jusqu'à l'université Il épousa en 1875 Hélène Van der Stock, née à Saint-Trond le 21 mars 1851. Elle était la fille aînée du directeur de l'École Moyenne de cette ville. Le jeune ménage habite d'abord Anvers, chez Henri de Bosschère, au n° 27 de la rue de l'Étoile (Sterstraat). C'est là que naquit leur premier enfant, Marie, le 2 janvier 1877. Quelques mois plus tard, Charles de Bosschère est nommé instituteur à l'École Modèle de Bruxelles. La famille s'installe à Uccle où Jean naît le 5 juillet 1878. Un second fils, prénommé Jacques, y voit le jour le 2 juillet 1881. En 1884 — Jean avait à peine six ans — la famille quitte la région bruxelloise pour s'établir à Lierre, petite ville située à quinze kilomètres au sud d'Anvers, au coeur de la Campine. Charles de Bosschère avait été nommé professeur de sciences naturelles à l'École Normale de cette ville où il avait lui-même fait ses études. Il occupera cette fonction jusqu'à l'âge de la retraite. À Lierre naquirent encore quatre enfants : Paul (1884); Lucie (1886); Elise (1887) et Anne (1888). Deux enfants, Paul et Anne, moururent en bas âge.

Table des matières

INTRODUCTION

CHAPITRE PREMIER: JEUNESSE D'UN REBELLE
Lierre
De l'horticulture à la peinture
De la peinture à la critique d'art

CHAPITRE II : LA BRAVOURE IDÉALISTE
Beardsley, Boschère et Cornette
Béâle-Gryne ou la bravoure idéaliste
Le poète : artisan mystique et idéaliste
Dolorine ou le rêve et la vie
Amitiés : Max Elskamp et André Suarès
La crise de 1912
Métiers divins
Sainte-Sophie perdue
Collaborations aux revues entre 1909 et 1914

CHAPITRE III : LONDRES
Londres
L'expérience imagiste
Des Métiers divins au Bourg
Pound et Boschère
The Closed Door
The Devil
Eliot et Boschère
Illustrations et « Fairy Tales »
Job le Pauvre
De la Maison du Lys au Pays du Merle Bleu
Marthe et l'Enragé

CHAPITRE IV : SATAN LUMINEUX
Paris
Le Mômo et l'Enragé
Livres de nature
Satan l'Obscur
De Véronique à Vanna
Amis de Paris et d'autres lieux
Poésie 1923-1936
L'ombre de Baudelaire
Renoncules hybrides
La fin d'une renommée

CHAPITRE V : L'ERMITE DE LA CHATRE
Loin du tumulte
La quête ardente de soi
La splendeur des « derniers »
Bosch, Vinci et Picasso
Du mouvement et de l'immobilité de l'Obscur
L'aube austère des abîmes

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE
A. Œuvres de Jean de Boschère
B. Correspondance
C. Ouvrages et articles concernant Jean de Boschère

TABLE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS