Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


L'INSTITUTION
Historique
Rapport au Roi
Statuts
Activités
Références

FONCTIONNEMENT
Académiciens
Bureau
Commissions
Tableau des secrétaires perpétuels
Tableau des directeurs


Organisation

L'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique a été fondée en 1920, sur proposition et à l'initiative du ministre des Sciences et des Arts de l'époque, Jules Destrée. Un Arrêté royal, paru le 19 août de cette même année, et signé par le roi Albert Ier, en définit les statuts et le fonctionnement, qui sont assez différents de ceux de son modèle, l'Académie Française.

Certes, elle compte elle aussi quarante fauteuils, mais leur destination diverge sensiblement de ceux de Paris. D'abord par le fait que dès l'origine, les femmes y ont accès : Anna de Noailles fut l'une des premières à y prendre place. Ensuite parce que les membres étrangers en occupent un quart. Dans l'ensemble de la compagnie, la même proportion d'écrivains et de philologues est respectée : qu'il s'agisse de membres belges ou étrangers, deux tiers sont élus à titre littéraire, un tiers à titre philologique.

Lorsqu'est intervenue la réforme de la constitution belge, et que trois communautés ont été instaurées dans le pays, les statuts de l'Académie royale de langue et de littérature françaises ont été remis à jour en concertation avec la Communauté française, qui est devenue le pouvoir de tutelle de l'Académie.

Par sa composition, ses missions, ses publications, les prix qu'elle décerne, les avis qu'elle émet, les liens qu'elle tisse, l'Académie est un agent considérable de la vie intellectuelle tant au plan communautaire et national qu'international.