Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Fernand Crommelynck.Textes inconnus et peu connus
de Jeanine Moulin

Jeanine Moulin - Fernand Crommelynck. Textes inconnus et peu connus

Genre : Essai
Format : 16,5 x 25,5 cm
Nombre de pages : 332 p. avec iconographie
Date de publication : 1974
Prix : 24,80 €

À propos du livre

Fernand Crommelynck est sans aucun doute un des plus grands auteurs dramatiques du XXe siècle. Mais si ses oeuvres majeures sont célèbres (Le Cocu magnifique, Tripes d'or, Chaud et Froid, etc.), on connaît moins les débuts de l'écrivain ou ce qu'on pourrait appeler ses travaux parallèles.

Or Crommelynck a été journaliste et chroniqueur. Il a été le témoin actif, notamment, de l'Ostende un peu fabuleuse de la Belle Époque. Mais il se masquait souvent derrière des pseudonymes ou des initiales. Partant de quelques indices, Jeanine Moulin s'est lancée dans une enquête vaste et minutieuse qui tient à la fois de l'analyse littéraire et du roman policier. Le résultat est étonnant et passionnant.

Lire un extrait (début du chapitre 1 : Pièces à conviction)

Les chroniques que je reproduis dans ce volume et que j'attribue à Fernand Crommelynck n'ont pas été découvertes par hasard.

Divers éléments m'ont mise sur la voie où je devais les trouver.

Le peintre Albert Crommelynck m'a appris, le premier, qu'au début de ce siècle son frère, Fernand, avait passé un été à Ostende et qu'au cours de celui-ci il avait collaboré au principal journal de la ville, «Le Carillon». Le séjour devait, selon lui, se situer entre 1907 et 1909.

Le fait me fut confirmé par le metteur en scène Henri Storck, ami du dramaturge, et par le journaliste Victor Boin qui, à cette époque, rédigeait pour la feuille ostendaise des billets humoristiques signés Little Pitch.

J'ai lu les collections des années 1907 et 1909 du journal, dans les rares endroits où l'on puisse encore les consulter : la première, au Tabularium de la bibliothèque de Louvain, la deuxième, chez l'écrivain ostendais Robert Lanoye. Mais je n'y ai rien vu qui soit de la main de Crommelynck.

C'est à la bibliothèque de la ville d'Ostende, où j'ai examiné celle de l'année 1908, que je suis enfin tombée sur ce que je cherchais.

Mon attention fut attirée par une série de quarante-trois chroniques qui s'échelonnent sur près de trois mois (du 4 juillet au 26 septembre). J'y discernai immédiatement le tour de plume et la tournure d'esprit de Fernand Crommelynck. Elles étaient signées de deux initiales : non pas F.C., mais G.M.

Désorientée par ces deux lettres mystérieuses, j'entrepris cependant une nouvelle lecture qui, cette fois, m'apporta une certitude.

Dans la quarante et unième chronique du «Carillon» signée G.M., intitulée Les Ouragans, je reconnus les fragments de deux oeuvres que Crommelynck avait déjà publiées antérieurement sous son nom et que je ne tardai pas à identifier.

Le premier est extrait d'un de ses récits, pratiquement inconnu, Clématyde, paru dans une revue belge de 1906 et qu'on reproduit dans cet ouvrage.

Comparons l'un de ses passages à celui de la chronique de 1908 où il est visiblement repris.

«LES OURAGANS
Et puis, le soir, embusqué derrière l'horizon, s'élança. Les ouragans cinglaient maintenant vers l'astre immobile. Une lumière affolée incendiait les plaines, clamait partout l'effroi du soleil. La lutte s'engagea. Des hordes noires accouraient... Une vapeur blonde déterminait seulement le chemin qu'elles venaient de parcourir...
Parfois le soleil fou réapparaissait, suppliait d'un déchirant appel de clarté les villes épouvantées, puis retournait à la bataille où la débandade s'aggravait…»

«CLÉMATYDE
Le soir, embusqué derrière l'horizon, s'élança. Les nuages, cabrés dans le rut du vent enflaient la menace de leurs ventres noirs et cinglaient vers l'astre immobile. Une lumière affolée incendiait les plaines…, clamait partout l'effroi du Soleil. La lutte s'engagea… Des flottes livides, qui volaient à la conquête du Zénith, s'enflammaient tout à coup et une vapeur blonde déterminait seulement le chemin qu'elles avaient parcouru.
Par instants, le soleil fou réapparaissait, suppliait d'un déchirant appel de clarté les forêts terrifiées; mais, assailli de toutes parts, il retournait à la bataille où la débandade s'aggravait…»

La similitude des termes est frappante.

Table des matières

Avertissement

Note bibliographique

Iconographie

Les chroniques du «Carillon» (étude)
1. Pièces à conviction
2. Les chroniques ostendaises
3. Comment F.C. devient G.M.
4. Des goûts et une culture reconnaissables
5. Jeux de hasard et calcul des probabilités
6. Contestation et réflexion
7. Marines et fresques
8. Le style, c'est l'homme
9. En conclusion

Chroniques
Juillet
La Bénédiction de la mer
Emile Verhaeren et le prix Nobel L'Amour captif
La Pluie
Léon Spilliaert
Four et moulin
Le Jeune homme pâle Les Moralistes
C'est grave
La Belle main
L'Eloge de la folie
Propos pour sourire
Le Miroir merveilleux
Le Pari mutuel
Un Beau dimanche
Autre guitare
Monsieur de La Palisse
Le Petit apache
Les Fourmis
Fanfreluche
Du Nécessaire au superflu
Enfin seuls
Le Vent
Les Villes d'eaux et la paix Ostende-Kermesse .
Les Bribeux
La Mer
Villégiatures
Ostende-Porte d'or
Mea culpa
Plaisirs de plage
Ostende-Centre d'art
Les Bains
Septembre, de-ci, de-là
Les Ouragans
Le Bon plaisir
Changement de spectacle

Contes et souvenirs (étude)
1. Introduction
2. De la violence et de l'effroi
3. Enfance, mon beau souci
4. En conclusion

Contes fantastiques
Clématyde
La Maison des hiboux
L'Ouragan
Les Jumeaux

Souvenirs
La Maison du Vésinet
Introduction à Ce Temps si court
Miroir de l'enfance

Bibliographie des oeuvres de Fernand Crommelynck citées dans le présent ouvrage