Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Histoire d'un livre : Un mâle de Camille Lemonnier
de Gustave Vanwelkenhuyzen

Gustave Vanwelkenhuyzen - Histoire d'un livre : Un mâle de Camille Lemonnier

Genre : Essai
Format : 14,5 x 20 cm
Nombre de pages : 162 p.
Date de publication : 1961
Prix : 12,40 €

À propos du livre (début du Chapitre 1)

«Est-ce que nos livres, après tout, ne sont pas toujours faits des miettes de notre vie?» En posant la question comme il le fait, Lemonnier reconnaissait l'étroit rapport qui existe entre la propre expérience de l'écrivain et la matière de son oeuvre, les mille liens qui unissent celle-ci à celui-là.

Des quelque soixante-dix volumes qu'il a publiés, aucun mieux qu'Un mâle n'aiderait à montrer cette relation; aucun n'a livré, délivré une part aussi grande de lui-même, aucun ne reflète davantage son humeur, ses goûts, ses aspirations.

Ce n'est point qu'il s'agisse en l'occurrence d'une autobiographie plus ou moins déguisée. Rien n'est plus étranger à l'aventure de Cachaprès, son héros, que la vie de l'auteur, qui fut bourgeoise, laborieuse, régulière et, le métier, la nécessité et les circonstances aidant, casanière.

Mais, à côté de l'existence vécue, il y a, secrète, imprécise, virtuelle, celle qu'on eût aimé connaître, celle qu'on rêve — ou qu'on raconte — faute de pouvoir la vivre. En concevant son personnage, en le peignant et l'animant, Lemonnier s'est libéré de songes complaisamment nourris. Il a imaginé ce qu'aurait été son propre destin en d'autres conjonctures. Ces «miettes de la vie», que son oeuvre va cette fois recueillir, ne sont-ce pas, transposés, les refoulements et les amputations qu'une contrariante nécessité lui a de bonne heure imposés?

Un mâle est un récit réaliste, voire naturaliste par plus d'un trait. Mais l'oeuvre apparaît aussi comme un vaste poème en prose où, par delà l'exaltation des beautés d'une nature sauvage et l'épique grandissement du rustre qui la hante, se devine la nostalgie de l'homme civilisé qu'obsède l'image d'une illusoire félicité primitive.

Lire un extrait

Début du CHAPITRE II

«Il me semble, écrit-il, parlant une fois de plus de son braconnier, que c'est là un visage rencontré aux différentes heures de ma vie. Il me regarde à son tour, et d'un geste semble vouloir se faire reconnaître de moi. Il m'était venu par le chemin des peintres; il avait dû être l'ami de Baron et de Boulenger avant de devenir mon Cachaprès. Verheyden m'avoua avoir plus d'une fois dans le bois allumé sa torquette de tabac au chicot de pipe qu'il tenait rivé entre ses dents.»

C'est vers le même temps que l'écrivain, soucieux de s'initier aux pratiques et aux ruses de l'homme des bois, s'inquiétera de compléter ses connaissances de Nemrod amateur. Il se procure des traités de vénerie et lit notamment, le crayon à la main, Le Chasseur au chien courant, d'Elzéar Blaze, ouvrage imprimé à Fleurus, chez Félix Oudart, en 1853.

Ce livre, qui prend place dans sa bibliothèque, fournit maintes précisions au jeune adepte du roman documentaire. Mais il intéresse aussi le styliste, féru de mots rares ou spéciaux. Tout comme dans le Dictionnaire analogique de la langue f rancaise, de Boissière, qui demeure toujours à portée de sa main, Lemonnier y relève avec soin nombre de termes et d'expressions propres à la vie et aux moeurs des bêtes ou aux usages des chasseurs. Il en dresse des listes où les mots, recueillis sans ordre, au hasard de la découverte, sont souvent accompagnés d'une brève explication. A côté de vocables courants, qui semblent n'avoir été retenus que pour rappel (gîte, lapereau, gigoter, pelage, mufle, brocard, etc), il en est d'autres que l'écrivain sans doute ignorait ou qu'il connaissait mal.

Table des matières

I. Burnot ou les grandes vacances d'un jeune faune…

II. Cachaprès prend corps — Influence des peintres — Nemrod se documente — Au 17 de la rue de la Victoire — «Un peu plus loin la forêt commençait» — Le verger de Groenendael — Le manuscrit d'Un Mâle — Sa date de composition, son titre

III. Un romancier en quête d'éditeur — Les tergiversations de Lemerre — Un ami au grand coeur : Léon Cladel — Lemerre ou Kistemaeckers?

IV. La publication dans l'Europe — Un scandale imaginaire — Premières critiques et premières approbations — Cladel encourage et conseille Lemonnier — Les corrections de Lemonnier

V. Encore la question d'éditeur — Enfin Kistemaeckers vint — Lemonnier, forçat de lettres et époux malheureux

VI. Un projet de préface qui aboutit à une dédicace — Camille Lemonnier et Barbey d'Aurevilly

VII. La publication d'Un mâle — L'édition originale et l'édition de bibliophile — Lemonnier contre Kistemaeckers — Les autres éditions et leurs variantes — L'opinion de quelques contemporains : Villiers de l'Isle-Adam, Champfleury, Émile Zola, Edmond de Goncourt, J.-K. Huysmans — Le prétendu «enthousiasme» de Flaubert

VIII. L'accueil de la critique en France et en Belgique

IX. En guise de conclusion

Appendices :
I. Un passage du manuscrit
II. Quelques variantes d'Un mâle
III. Autour d'un livre, par Guy de Maupassant
IV. Chronologie de Lemonnier

Table des illustrations