Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Verhaeren, biographie d'une œuvre
de Jacques Marx

Jacques Marx - Verhaeren, biographie d'une oeuvre

Genre : Essai
Format : 16 x 24,5 cm
Nombre de pages : 676 p.
Date de publication : 1996
ISBN : 2-8032-0020-1
Prix : 34,70 €

À propos du livre (4e de couverture)

Le présent travail est un essai de biographie critique dont le propos tente de reconstituer l'itinéraire intellectuel d'un écrivain et d'un artiste exceptionnel : par sa singularité créatrice (au point de friser l'anomie); par le rôle qu'il a joué dans la renaissance jeune belge à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle; par l'extraordinaire et paradoxal retentissement européen d'une œuvre dont l'audience aurait dû rester confinée au terroir qui l'avait vue naître.

La vision proposée au lecteur s'appuie sur quatre propositions, qui cherchent à mise préciser le rapport vie-œuvre.

La première établit que, contrairement à une tradition solidement ancrée, l'activité littéraire de Verhaeren ne doit pas être considérée comme une émanation de la Flandre, mais comme le résultat d'une entreprise concertée de mythification du milieu originel et de l'âme belge. Elle a trouvé son origine dans une sensibilité particulière aux décors de l'enfance – et même aux paysages – et elle a nourri un lyrisme conscient et puissamment visionnaire.

La seconde détecte la concordance de ce processus avec l'esprit du temps. L'œuvre du poète cherchait, dans le cadre d'un vaste courant culturel d'exotisme nordique, à répondre au projet d'autonomisation des lettres belges par rapport au voisin français, qu'a d'ailleurs sciemment poursuivi la classe sociale à laquelle appartenait Verhaeren et ses amis.

La troisième insiste sur le fait que l'évolution intellectuelle – et même spirituelle – de Verhaeren révèle un écrivain nanti d'une stratégie littéraire particulièrement cohérente, qui lui a permis de s'inscrire avec succès dans tous les courants culturels dominants du Jahrhundertwende (le tournant du siècle), et de concilier son ancrage «national» avec sa stature de poète européen.

La dernière, enfin, montre dans l'auteur des grands polyptiques que sont la trilogie «noire», la trilogie «sociale» ou Toute la Flandre, un esprit profondément artiste et un écrivain adepte de cet «art d'écrire avec le pinceau», qui a marqué en profondeur la tradition culturelle de la Belgique.

Lire un extrait

Dans la revue moderniste 7 Arts, parut en 1926 un article rarement cité dans lequel le poète Pierre Bourgeois évoque le tombeau d'Émile Verhaeren, encore à l'état de maquette à l'époque, et qu'on peut admirer aujourd'hui dans l'imposante boucle que fait l'Escaut, à Saint-Amand :

«L'Escaut décrivant une courbe majestueuse devant les quais du village, l'axe longitudinal du monument se prolonge en celui du cours vers l'aval, de telle sorte que, vue de l'exèdre le dominant de quelques degrés, l'ensemble du monument qui paraît émaner de la rive s'encadre dans la perspective du fleuve vers l'infini.»

La description, scientifique et précise, mais sous-tendue par une discrète émotion, met parfaitement en évidence la pensée profonde, hautement symbolique, qui inspira l'auteur de l'étude d'implantation, vraisemblablement Henry van de Velde. Elle traduit de manière saisissante les impressions qu'éprouve, aujourd'hui encore, le visiteur d'un site faisant figure pour les lettres belges de lieu inspiré. L'Escaut, à cet endroit, est large de deux cents mètres environ. Grossi par ses affluents, il décrit un large méandre qui prend l'aspect d'un bras de mer. À près de cent kilomètres du large, les marées peuvent se montrer encore menaçantes, comme s'en souviennent les victimes des grandes inondations de 1953. Au centre, une île, comme un dessus de carène d'aspect peu engageant : des bancs de vase se découvrent au gré des reflux. Un paysage un peu brouillé, aux contours indécis. Malgré les aménagements de la rive droite et les cars de tourisme dégorgeant leurs flots de visiteurs au pied du tombeau, le site a conservé tout son pouvoir de séduction. Le cimetière marin, où reposent le poète et sa compagne, ne peut laisser le visiteur indifférent. Le lieu est incontestablement parlant. Mais l'est-il au point de justifier la saturation du discours critique?

Table des matières

Introduction

Abréviations

Aux sources du mythe : La Flandre rêvée
Ardeurs flamandes
À l'école des Vieux Maîtres
Combats pour l'Art
Crise ou décadentisme?
En Symbole, vers l'Idéal
La conquête de la Vie
Le Chant du monde
Le pèlerin de l'enthousiasme
Le rêve fracassé

Bibliographie

Index des noms de personnes

Index des titres de Verhaeren