Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


CATÉGORIES
Anthologies
Bibliographies
Carnets intimes
Cinéma
Correspondances
Essais littéraires
Nouvelles
Philologie et linguistique
Poésie
Romans
Théâtre

CATALOGUE
Recherche par auteur
Recherche par titre

NOUVEAUTÉS
Dernières parutions
À paraître

COMMANDES
Libraires
Autres

Publications

Poèmes choisis
de Mélot du Dy

Mélot du Dy : Poèmes choisis

Genre : Poésie
Collection : Poésie Théâtre Roman / Poche
Format : 11,5 x 18 cm
Nombre de pages : 292 p.
Date de publication : 2001
ISBN : 2-8032-0044-9
Prix : 9,50 €
Préface de Philippe Jones

À propos du livre

Mélot du Dy, né à Bruxelles en 1891, mort à Rixensart en 1956, fut un poète et un prosateur estimé. Trente ans après son décès, Jean Tordeur souligne dans une de ses chroniques de L'Air des lettres, publiées en juillet 1987 : «Mélot du Dy, qui fut l'un de nos poètes les plus originaux de la première moitié de ce siècle, [est] très injustement oublié aujourd'hui» et il ajoute «Est-il vain d'espérer […] la résolution de réédition un poète dont la rare maîtrise de la langue, le charme vivace, la retenue pudique, la légèreté cristalline nimbée d'émotion, surprendraient heureusement et raviraient sans doute maints nouveaux lecteurs?».

C'est à cette question, qui comporte au départ des arguments de grande justesse, qu'il s'agit de répondre. Outre les qualités majeures déjà énoncées, Mélot du Dy fut un amoureux de la vie, de la femme, de la poésie. C'est là, peut-être, sa sainte trinité.

Lire un extrait

Nudité

Sainte nudité de la vie
Que l'on n'a jamais possédée,
Beauté d'un songe précédée,
Image d'un espoir suivie,
Candeur adorablement nue
Que l'on n'a jamais obtenue
Et qui n'a jamais existé,

Absence que j'aurais saisie !
À toi, pour l'espoir et le songe
Et l'attente qui se prolonge,
Absence au goût de poésie,
À toi, nudité de chimère,
J'adresse encore une prière
Sous un bruit léger de chanson,

D'une chanson pour une amie
Au-delà de toute apparence,
Légère autant que la souffrance
De cette lèvre un peu blêmie
Qui veut des mots de politesse :
Ô sainte nudité! qu'était-ce,
Entre le désir et l'oubli?

Table des matières

Préface : Mélot du Dy revisité par Philippe Jones

Poèmes de Mélot du Dy