Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Carlo Bronne

Carlo Bronne / Photo © Nicole Hellyn Membre belge littéraire du 13 mars 1948 au 25 juillet 1987.
Prédécesseur : Georges Virrès
Successeur : Georges-Henri Dumont
Fauteuil 3
BIOGRAPHIE

Carlo Bronne naît le 29 mai 1901 à Liège. Son père, journaliste, collabore notamment au journal La justice de Georges Clemenceau. Les années d'enfance et de jeunesse du futur écrivain se dérouleront alternativement dans trois villes. Il poursuit ses études, entamées à Liège, à l'Athénée d'Ixelles puis au Lycée Carnot, à Paris; il y obtient son baccalauréat en 1919. Il effectue son service militaire en qualité d'officier de réserve à Beverloo, puis à Arlon. En 1925, Carlo Bronne est docteur en droit de l'Université de Liège. C'est à Paris qu'il effectue son stage d'avocat, fait ses débuts dans la presse en donnant quelques articles à La justice, mais c'est à Liège qu'il prête serment. Une grave maladie le contraint à une longue convalescence dans les Fagnes; il y écrit ses deux premiers recueils de poèmes : Les Fruits de cendre (1929) et Collines que j'aimais (1930). On y retrouve l'écho de sa propre souffrance et l'espoir d'une vie renouvelée par la guérison, mais aussi l'émerveillement devant la beauté de la nature. Ces plaquettes sont ses rares incursions dans le domaine de la poésie. Avant de reprendre ses activités, il publie un petit essai, L'Audience est ouverte, premier exemple d'une série de chroniques (ici judiciaires) qui jalonneront sa carrière.

En décembre 1930, Carlo Bronne est nommé juge suppléant au tribunal de première instance de Liège. Il entame une brillante ascension dans la magistrature. Il est d'abord juge de première instance à Verviers et à Liège. Après le second conflit mondial, il préside le conseil de guerre de Namur pendant sept mois. Passé conseiller à la cour d'appel de Liège, il préside la Cour militaire de Belgique. Il dirige ensuite, pendant douze ans (1948-1960), les débats de la cour d'assises de Namur jusqu'à sa nomination comme président de la cour d'appel de Liège.

L'œuvre littéraire de Carlo Bronne est abondante; elle est centrée sur l'histoire et la chronique, avec quelques détours par la fiction. Il collabore, comme son père, à La Justice de Georges Clemenceau dès 1926. Par la suite, inlassablement, il donnera des textes au Thyrse, à la Revue belge, aux Nouvelles littéraires, au Mercure de France, à la Revue générale belge, au Soir, pour ne citer qu'eux. À partir de 1965, il tiendra dans Le Figaro une chronique mensuelle sur un fait belge. L'ensemble fera l'objet d'une publication en volume en 1978 sous le titre Il a neigé sur Nevermore.

Carlo Bronne consacre plusieurs études à des figures oubliées ou secondaires. Il s'attache ainsi à Théo Beauduin, à la comtesse de Mercy-Argenteau passionnée de musique russe, au ministre Jules Van Praet, aux personnages belgo-suédois Louis de Geer et Blanche de Namur, à Joseph Lebeau, à la comtesse de Hon et à dernière marquise du château de Gaasbeek. Le chroniqueur aime se pencher tout particulièrement sur la petite histoire, sans oublier les actrices ou les danseuses. On en retrouve maints portraits finement dessinés dans des ouvrages d'ensemble comme Esquisses au crayon tendre (1942), Nouvelles Esquisses (1946), La Galerie des ancêtres (1952), Hommes de cour et femmes de tête (1958), Profils perdus, cours retrouvés (1963), Amours et aventures de l'histoire (1985). Sa passion de chroniqueur s'étend aussi à la littérature. Dans Le Promenoir des amis (1967), il évoque Virrès, Maeterlinck, Simenon ou la princesse Bibesco, ainsi que Valéry, Bernanos au Brésil, Lermontov au Congo ou Wilde et Verlaine en prison. De même, Proust, Balzac, Cocteau ou Jehan Rictus se croisent dans Les Roses de cire (1972). On doit aussi à Carlo Bronne la publication de la correspondance Gide-Rilke-Verhaeren.

Cet esprit curieux de tout, d'une extraordinaire érudition, d'une haute exigence intellectuelle, consacre une étude fouillée à Napoléon (Les Abeilles du manteau, 1939), se lance sur la trace des Pèlerinages littéraires d'Arlon à Damme-en-Flandre (1944), ce qui lui donne l'occasion de rappeler la présence en nos contrées de Stendhal ou d'Érasme. Notre histoire nationale lui inspire une biographie, Léopold Ier et son temps, qui fait encore autorité. Paru en 1942, il a connu plusieurs rééditions et une traduction néerlandaise. L'Amalgame, publié en 1948, étudie la Belgique entre 1814 et 1830. Avec Albert Ier le roi sans terre, Carlo Bronne donne en 1965 une étude qui lui a demandé près de dix ans de recherches et qui souligne la grandeur de notre troisième souverain.

Membre de plusieurs académies, Bronne siège dans de nombreux jurys, notamment au conseil littéraire Prince Pierre de Monaco. Il devient président du conseil scientifique de la Bibliothèque royale de Belgique. Le titre de baron lui est accordé en 1976. Il se raconte dans deux volumes de souvenirs, Compère, qu'as-tu vu? en 1975, Le Temps des vendanges l'année suivante. Il y relate avec verve des aventures de sa famille, déjà esquissées en 1954 dans L'Hôtel de l'Aigle-Noir, et son expérience de vie. Carlo Bronne a rassemblé quelques nouvelles dans Le Bonheur d'Orphée (1965). Ce volume rassemble huit récits, parmi lesquels prend place la réédition de Carrousel de brume, paru en 1947. Ils forment un ensemble inspiré par la pensée que le destin de l'homme est lié à son épanouissement dans l'amour. Il fait regretter que l'historien ne se soit pas plus consacré à la fiction, dans laquelle ses remarquables dons d'imagination et une écriture raffinée font merveille. Bleu d'Ardenne, en 1969, évoque la contrée qu'il aimait par-dessus tout à travers ses paysages, ses écrivains et son histoire. C'est d'ailleurs en Ardenne, dans sa maison de Valence, qu'il meurt le 25 juillet 1987.

Carlo Bronne avait été élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises le 13 mars 1948, au fauteuil de Georges Virrès.



BIBLIOGRAPHIE

Les Fruits de Cendre, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1929.

Collines que j'aimais…, Bruxelles, Éditions La Renaissance du Livre, 1930.

Léopold Ier et son temps, Bruxelles, Ad. Goemaere, 1942.

Pélérinages littéraires d'Arlon à Damme-en-Flandres, Paris, Éditions Soledi, 1944.

Joseph Lebeau, Bruxelles, Éditions La Renaissance du Livre, 1944.

Les abeilles du manteau, Bruxelles, Éditions La Renaissance du Livre, 1944.

La comtesse de Mercy-Argenteau, Paris, Éditions Solédi, 1945.

Nouvelles esquisses, Liège, Charles Dessart Éditeur, 1946.

L'amalgame. La Belgique de 1814 à 1830, Bruxelles, Ad. Goemaere, 1948

Liège, Liège, Charles Dessart Éditeur, 1949.

La comtesse Le Hon et la première ambassade de Belgique à Paris, Bruxelles, la Renaissance du Livre, 1951.

La tapisserie royale. Faits et Portraits Léopoldiens, Bruxelles-Paris, Durendal-Lethielleux, 1952

Discours à Simenon, Paris, Éditions des Presses de la Cité, 1952.

Esquisses au crayon tendre, suivi de La Porte d'exil, Bruxelles, Biblis, 1954

Hôtel de l'aigle-noir, Bruxelles, Éditions du Mont des Arts., 1954.

Des Andes au Kremlin, Bruxelles, Ad. Goemaere, 1956.

Le miroir de la Belgique. Quand les autres nous jugent, s.l., Banque de Paris et des Pays-Bas, Bruxelles, 1957.

La conspiration des paniers percés, Bruxelles, Ad. Goemaere, 1959.

La vie impétueuse de Malou-Riga, Bruxelles, Brépols, 1962.

Albert Ier, le roi sans terre, Paris, Plon, 1965.

Histoires de Belgique, Paris, Plon, 1967.

Financiers et comédiens au XVIIIe siècle, Bruxelles, Goemaere, 1969.

Bleu d'Ardenne, Bruxelles, Éditions André De Rache, 1969.

La marquise Arconati dernière châtelaine de Gaasbeek, Liedekerke, H. Lievens, 1970.

Compère qu'as-tu vu? Souvenirs d'hier et d'aujourd'hui, Bruxelles, Éditions Louis Musin, 1975.

Le temps des vendanges. Mémoires, Bruxelles, Éditions Louis Musin, 1976.

Belles étrangères en Belgique, Hatier, 1986.



BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

Carlo Bronne. Un demi-siècle de chroniques, 1929-1979, catalogue par J. Warmoes, Avant-propos de J. Hanse. catalogue d'exposition, Bibliothèque royale de Belgique, 1979.



E-BIBLIOTHÈQUE

Un pamphlet «bruxellois» de 1789 contre l'émigration du comte d'Artois (PDF 96Ko)
Communication à la séance mensuelle du 9 mai 1987 (avec Roland Mortier)