Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Herman Closson

Herman Closson / Photo © Nicole Hellyn Membre belge littéraire du 8 juin 1974 au 10 septembre 1982.
Prédécesseur : Adrien Jans
Successeur : Philippe Jones
Fauteuil 10
BIOGRAPHIE

Herman Closson naît à Saint-Gilles le 11 janvier 1901. Il est le fils du musicologue Ernest Closson, qui enseigne au Conservatoire de Bruxelles (où son fils sera professeur d'histoire du théâtre plus tard) et qui est un champion de la cause wagnérienne en Belgique. Il fait ses études à l'École allemande, où il a comme condisciples Géo Norge, Paul-Aloïse De Bock et Henri Michaux qui exerce sur lui, dans ses jeunes années, une forte imprégnation. Jeune érudit avide de tout lire et de tout voir, il exerce très tôt une verve critique, souvent féroce, qui ne l'abandonnera jamais, et qui fera jusqu'à la fin de l'homme Closson un parleur vif, drôle et souvent redoutable.

Ses débuts en littérature sont précoces et fulgurants : il publie, à vingt ans, dans La Nouvelle Revue française, un bref roman, Le Cavalier seul, qui est avant tout une prouesse d'analyse psychologique et s'apparente aux recherches contemporaines de Proust ou de Virginia Woolf. Il y décrit avec une minutie extrême les états d'âme d'un jeune homme qui reconduit à l'arrêt du tramway une jeune fille qui n'est pas son genre, et s'immerge dans cette introspection jusqu'au vertige. C'est, au fond, le contraire d'une démarche dramatique puisqu'elle et lui n'échangent pas la moindre parole, mais la radicalité du procédé étant indépassable, il fera de l'auteur, par légitime défense pour ainsi dire, ne fût-ce que par souci d'échapper à un véritable délire interprétatif, un auteur dramatique.

Le théâtre, à partir de là, sera toute la vie de Closson. Il en écrira, mais il fera aussi de la mise en scène, il commentera la vie théâtrale dans la presse, il enseignera son histoire ainsi que la scénographie (à l'école de la Cambre) et participera même, durant quelques mois, à la direction collégiale du Théâtre du Parc. Ses débuts dans l'écriture scénique, en 1923, sont pittoresques : il fait monter dans un commissariat désaffecté de Saint-Gilles, Sous-sol ou le Lavatory, où Fernand Piette, le futur animateur du Théâtre de l'Équipe, joue en travesti le soliloque d'une dame des lavabos. Cette tragédie vespasienne sera créée la même année par les Autant-Lara à Paris. Très tôt, la France s'intéresse au jeune dramaturge : son Godefroid de Bouillon, qui avait été monté par la compagnie du Rideau Gris à Marseille y paraît dans les Cahiers du Sud (1933).

Ce premier abord d'un thème historique inaugure ce qui demeurera la veine dramatique principale de Closson. Non qu'il affiche un grand respect de la véracité dans l'évocation des hauts faits du passé; il ne cessera de professer son mépris pour le scrupule documentaire, se contentant, pour rafraîchir sa mémoire, de compulser le petit Larousse. Ce qui l'intéresse dans les grandes figures du patrimoine, c'est la prise qu'elles offrent à l'imaginaire, à la fantaisie. C'est ainsi qu'il aborde la Renaissance italienne dans Borgia (1944), qui sera créé par Françoise Christophe à la Comédie des Champs-Élysées. Et la même liberté présidera au traitement des légendes moyenâgeuses qui sont à la source de ses plus grands succès, Le jeu des quatre fils Aymon et Yolande de Beersel. Ces deux pièces sont typiques de sa méthode, très proche de la pratique, puisqu'elles sont écrites à la commande, pour rencontrer les besoins de troupes aux objectifs précis. Il compose ses Quatre fils Aymon (1943) pour les Comédiens routiers, qui, avant de constituer le premier noyau du Théâtre national, parcourent le pays en acteurs itinérants. Dans ces années de guerre, cette évocation de héros libertaires stimule tellement l'esprit de fronde contre l'occupant que celui-ci s'en émeut : la pièce continuera clandestinement sa carrière sous le titre Le Cheval Bayard... Maurice Béjart tirera du même texte, dans les années soixante, l'argument d'un ballet qui, présenté sur la Grand-Place de Bruxelles, remportera un véritable triomphe.

Yolande de Beersel, il l'écrira spécialement pour les comédiens qui occupent, durant l'été, au début des années cinquante, le château du même nom, et qui formeront d'ailleurs le premier noyau de la Compagnie des Galeries. Closson, on le voit, aura été l'un des premiers pourvoyeurs de textes dans le cadre du grand essor que connaît le théâtre belge durant l'occupation et aussitôt après la Libération. Raymond Gérôme avait monté son Épreuve du feu dans le cadre des Spectacles du Palais qu'il animait au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles durant la guerre. Le même comédien fut aussi, avec Claude Étienne et Werner Degan, de la distribution du Jeu de Han, que Closson écrivit spécialement pour un spectacle destiné à la salle du Dôme des célèbres grottes.

Passionné de Shakespeare, dont il fera l'un de ses personnages dans William ou la Comédie de l'aventure, il préconisera toute sa vie un théâtre généreux, aux personnages puissants, dotés d'une forme d'aura mythique. Pas des héros pour autant, ils sont trop déchirés pour cela, trop sujets aux pulsions contradictoires de l'ambition, de l'action, de l'interrogation et de la chair.

L'intensité physique de ses intrigues a pu faire comparer Closson au théâtre panique que revendiquait Arrabal. Voilà certes une œuvre qui mériterait que l'on y revienne, parce que si elle connut de grands succès, elle pâtit aussi de rendez-vous manqués.

L'un d'eux fut le projet de création de sa pièce Faux jour à Paris avec Edwige Feuillère qui fut compromis par la déclaration de guerre et la mort du grand homme de théâtre qui caressait le projet de la mettre en scène, Jacques Copeau.

Auteur de nombreuses adaptations, notamment de La Chasse aux sorcières d'Arthur Miller, président du comité belge de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), Herman Closson est mort le 10 septembre 1982. Il avait été élu à l'Académie le 8 juin 1974, succédant à Adrien Jans.



BIBLIOGRAPHIE

Le Cavalier seul, Bruxelles, Éditions Le Disque vert, 1925.

Alceste ou l'empêché, Marseille, Éditions Les Cahiers du Sud, 1928.

Godefroid de Bouillon, Bruxelles, Éditions Universitaires,, 1935.

La farce des deux nues, Bruxelles, Éditions du Sablon, 1935.

Le Scribe accroupi, Bruxelles, Nouvelle Société d'éditions, 1937.

Shakespeare ou la comédie de l'aventure, Bruxelles, Éditions Universitaires, 1938.

Musique et drame, Bruxelles, Éditions INR, 1939.

La passante illuminée ou Faux jour, Bruxelles, Éditions du Sablon, 1941.

Hélène ou la dissemblance, Bruxelles, Éditions du Sablon, 1942.

Les quatre fils Aymon, Bruxelles, Éditions Durendal, 1942.

Le comédien, Bruxelles, Éditions Le Cercle d'art, 1942.

Borgia. L'Épreuve du feu, Bruxelles, Éditions du Houblon, 1944.

De l'art dramatique, Bruxelles, Éditions Lumière, 1944.

Le théâtre cet inconnu, Bruxelles, Éditions Formes, 1945.

Sire Halewyn, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 1972.