Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Robert Mallet

Robert Mallet / Photo © Nicole Hellyn Membre étranger littéraire du 20 septembre 1975 au 12 décembre 2002.
Prédécesseur : Chéou-Kang Sié
Successeur : Yves Berger
Fauteuil 32

BIOGRAPHIE

D'origine picarde, Robert Mallet naît à Paris le 15 mars 1915. Son enfance se déroule entre la capitale française, où son père est avocat, et le village de Bray-lès-Mareuil, près d'Abbeville dans la Somme, où se passent les vacances dans la demeure familiale. Il effectue ses études dans un collège de Neuilly, puis au Lycée Louis-le-Grand. Il y fait la connaissance du fils de Paul Valéry et rencontre ce dernier, dont il découvre les écrits avec admiration. La littérature l'attire. Dès 1933, il publie un premier recueil de poèmes, Sincérités. Tenté par les lettres et le droit, Robert Mallet accomplit sa formation universitaire et entame un stage au barreau de Paris, interrompu par le début de la seconde guerre mondiale. Il participe aux combats en qualité d'officier d'infanterie, est blessé deux fois; fait prisonnier, il s'évade et entre dans la Résistance. Il subit en 1944 une grave opération des suites de ses blessures et doit, de ce fait, renoncer à l'agrégation et au barreau. À l'issue du conflit, il obtient ses deux doctorats. En lettres, il a choisi de traiter de Francis Jammes et le jammisme, dont le texte sera publié en 1961.

Dès 1946, Robert Mallet est engagé à la radio française, où il est chargé du contrôle artistique des émissions. Deux ans plus tard, il publie un second ensemble de poèmes, L'Égoïste Clé, des proses lyriques, De toutes les douleurs, ainsi qu'une pièce de théâtre, Le Filandier. Il prépare une édition critique de plusieurs correspondances d'écrivains : Colette-Jammes, Gide-Jammes, Claudel-Suarès, Valéry-Gide et Claudel-Gide. Il a été pendant quelques mois secrétaire de l'auteur de La Porte étroite et la publication, avec leur assentiment, de l'échange de lettres entre Gide et Claudel, définitivement brouillés, fait sensation. Collaborateur au Figaro littéraire, Robert Mallet devient en 1949 conseiller littéraire chez Gallimard, fonction qu'il occupera pendant dix ans. Il y réalise de grandes publications comme les œuvres complètes annotées de Larbaud et de Claudel, ou le dépouillement systématique des Cahiers manuscrits de Valéry.

Robert Mallet connaît la notoriété en diffusant trente-huit Entretiens radiophoniques avec Paul Léautaud (de novembre 1950 à juillet 1951, parution en volume la même année et Grand Prix du Disque), suivis d'une seconde série avec Jean Paulhan (en volume sous le titre Les Incertitudes du langage). Il produit un grand nombre d'émissions littéraires sur les antennes, tout en animant la revue Belles-Lettres et en poursuivant les publications de ses propres œuvres : des poèmes, Les Signes de l'addition, Lapidé lapidaire et un remarquable essai critique, Une mort ambiguë en 1955 (c'est celle de Gide face à la mort limpide de Claudel, Mallet a vécu leurs derniers instants). Du théâtre aussi, Satire en trois temps et L'Équipage au complet en 1957, un drame maritime se déroulant sur un cuirassé. L'œuvre connaît un succès foudroyant, sera traduite en quinze langues et fera l'objet d'un film.

Robert Mallet est destiné à de hautes fonctions. D'abord à Madagascar dès 1959, où il fonde la Faculté des lettres dont il devient le premier doyen. Il y séjourne cinq ans. Deux ouvrages naissent de son inspiration malgache : les poèmes du recueil Mahafaliennes, et un premier roman, Région inhabitée. Il consacre un essai à son ami le peintre Jean Lurçat. En 1964, il est rappelé en France où il devient fondateur et premier recteur de l'Académie d'Amiens. Il est ensuite chargé de réformes dans l'enseignement et pressenti comme recteur de l'Académie de Paris. En 1971, il est élu président de l'Association des universités de langue française. Il fonde trois ans plus tard le Mouvement universel de la responsabilité scientifique, dont il devient le président. Il dirige dans le même temps le Comité permanent des mondialistes en France. Il voyage pour les besoins de sa charge, et publie sans cesse. Ce sont des aphorismes, Apostilles, des recueils de poèmes, comme Silex éclaté ou Quand le miroir s'étonne, du théâtre à nouveau. Le Train de nuit et L'Innocent coupable sont créés à la télévision. En 1980, il devient professeur à l'Université Paris VII, son mandat de recteur de Paris étant achevé. Trois ans plus tard, il prend sa retraite.

Détenteur de plusieurs prix littéraires, dont le Prix de la critique, membre de divers jurys (Apollinaire, Renaudot), membre de l'Académie Mallarmé, collaborateur permanent de revues et de périodiques, Robert Mallet poursuit inlassablement son œuvre personnelle. À de nouveaux recueils de poèmes (Presqu'îles presqu'amours, Cette plume qui tournoie, L'Ombre chaude) s'ajoutent des romans (Ellynn, Les Rives incertaines) ainsi qu'un essai (Jardins et paradis), sans oublier un journal intime qu'il tient depuis près de quarante ans mais qui ne pourra être publié que cinquante ans après sa mort. Comme dans son enfance, il partage toujours ses activités entre l'agitation de la capitale française et la paix de sa maison picarde.

Il serait vain de vouloir cerner en peu de mots un talent aussi riche. En tant qu'essayiste, Robert Mallet témoigne d'une pénétrante lucidité et d'une capacité d'analyse qui font de ses ouvrages des références. Dans le domaine du théâtre, il déploie un sens de la dramatisation et de la mise en scène qui donnent à ses pièces plus que de la vie : une intensité et une densité qui font appel à notre conscience. Dans ses trois romans, il développe une sensibilité attentive à l'âme des êtres et à leurs souffrances. Qu'il s'agisse d'enfants, la petite Ellynn de sept ans, à la tendre fragilité, ou d'adultes en proie à leurs incertitudes amoureuses, il fait preuve d'une psychologie fine et profondément humaine. En poésie, enfin, sans souci de métrique formelle, mais avec une rigueur de construction qui n'est jamais prise en défaut, Robert Mallet révèle ses angoisses, souligne sa foi personnelle dans l'avenir de l'homme, même lorsque les blessures risquent d'éteindre la flamme de l'espoir. Poésie sans ostentation, poésie liée à la matière et à la nature, dans la fidélité à une musique intérieure qui s'appelle mémoire ou cri du cœur. Une œuvre forte de notre temps.

Robert Mallet meurt le 12 décembre 2002. Il avait été élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises le 20 septembre 1975.



BIBLIOGRAPHIE

La Poursuite amoureuse (1932-1940), Paris, Mercure de France, 1943.

L'égoïste clé, ou le livre des octosyllabes, Paris, Robert Laffont, 1946.

Les Poèmes du feu, Paris, Éditions de l'ancre d'or, 1947.

De toutes les douleurs, Paris, Robert Laffont, 1948.

La chatelaine de Coucy ou pas de morale sans amour, Paris, Éditions de l'ancre d'or, Paris, 1950.

Amour, mot de passe, Paris, Seghers, 1952.

Une mort ambigüe, Paris, Gallimard, 1955.

L'Équipage au complet, Paris, Gallimard, 1958.

Mahafaliennes, Paris, Gallimard, 1961.

Le Poème du sablier, Paris, Gallimard, 1962.

Apostille ou l'amour et le futile, Paris, Gallimard, 1972.

Quand le miroir s'étonne, Paris, Gallimard, 1974.

Silex éclaté, Paris, Gallimard, 1976.

Le Forgeron me l'avait dit suivi de Mots princiers, Paris, Gallimard, 1982.

L'Ombre chaude, Paris, Gallimard, 1984.

Ellyn, Paris, Gallimard, 1985.

Cette plume qui tournoie, Paris, Gallimard, 1988.

Région inhabitée, Paris, Gallimard, 1991.