Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Marc Wilmet
Marc Wilmet / Photo © Jean-Luc Lossignol, ARLLFB Membre belge littéraire
Élu le 14 juin 1986
Prédécesseur : Maurice Piron
Fauteuil 16
BIOGRAPHIE

Marc Wilmet naît à Charleroi, le 28 août 1938. Après des études secondaires à l'Athénée de Kœkelberg, il s'inscrit en philologie romane à l'Université libre de Bruxelles. Il a la chance d'assister aux débuts de trois grands maîtres : Roland Mortier, Albert Henry et Pierre Ruelle, qui développent en lui un double attrait pour la littérature et la langue françaises. Il obtient son diplôme de licencié, ainsi que le titre d'agrégé de l'enseignement moyen supérieur, en 1960, et devient professeur à l'Athénée royal de Woluwé-Saint-Lambert où il restera jusqu'en 1966. Il est alors nommé aspirant au Fonds national de la recherche scientifique (1966-1969) et, au mois de mai 1968, il soutient sa thèse de doctorat consacrée à l'étude du Système de l'indicatif en moyen français (Genève, Droz, 1970).

La période du moyen français, coincée entre les deux époques de haute culture que sont le XIIIe siècle et la Renaissance, était restée jusque-là le parent pauvre des études médiévales. Elle trouve simultanément des pionniers en France, en Allemagne, en Suisse, dans les pays scandinaves. Marc Wilmet dotera dès 1980 ce mouvement international d'une Syntaxe du moyen français restée classique, écrite en collaboration avec Robert Martin, professeur à la Sorbonne.

Les trois premières années de sa carrière universitaire, il les passera à l'étranger, d'abord à l'Université Lovanium de Kinshasa, où il est chargé de conférences, puis à l'Université de Sherbrooke, en tant que professeur adjoint. Là, il profitera de l'occasion pour fréquenter le Fonds Gustave Guillaume que Roch Valin, héritier spirituel et exécuteur testamentaire du linguiste français, venait de créer à l'Université Laval de Québec.

De retour en Belgique, il est nommé chargé de cours à la Vrije Universiteit Brussel et, quelques années plus tard, à l'Université libre de Bruxelles. Il exercera par la suite la charge de professeur ordinaire dans ces deux universités. Il dispensera également des enseignements au titre de professeur invité aux universités de Jérusalem, Nice, Cologne, Santiago de Compostela, Milan, Bologne et Tsuhuba.

En 1972, Marc Wilmet publie Gustave Guillaume et son école linguistique. Il s'agit d'un volume fort utile pour la compréhension des théories guillaumiennes. Clarifiant l'exposé, souvent ésotérique, du célèbre linguiste, il met en évidence les grandes lignes des théories de la psychomécanique du langage. Convaincu que l'admiration ne doit pas faire taire la lucidité, il souligne le caractère proprement génial de la recherche guillaumienne mais en épingle également les faiblesses. Séparant le bon grain de l'ivraie, il conservera du guillaumisme certaines notions qu'il adaptera à sa propre recherche, dont les deux axes principaux sont le verbe et le nom préparant, aujourd'hui, le couronnement de la phrase.

Les articles et autres publications qu'il leur consacre sont innombrables. En 1976, il fait paraître les Études de morpho-syntaxe verbale et, en 1986, La détermination nominale, ouvrage capital dont les mérites n'ont cessé d'être soulignés. Il y remet en question l'immobilisme de la tradition grammaticale à laquelle il substitue une vision plus descriptive et réflexive de la langue. Passionnante pour le spécialiste, La détermination nominale l'est également pour le simple usager de la langue, qui découvre les mécanismes cachés qui distinguent par exemple un savant amoureux d'un amoureux savant.

En 1994, Marc Wilmet s'essayait au genre du conte linguistique, transposant avec succès dans une fiction poétique, Antepost, qui lui vaudra le prix Gilles Nélod du conte, les principes de son analyse sur la place de l'adjectif français. Il s'intéresse encore à ces utilisateurs privilégiés du français que sont les écrivains. Ainsi, il consacre deux articles à Marcel Proust, et un ouvrage à Georges Brassens (1991).

Curieux de tout ce qui touche à la langue, Marc Wilmet est l'auteur de quelque trois cents articles les plus divers sur la linguistique, la stylistique, la grammaire historique. Son œuvre majeure est la Grammaire critique du français (1997; 3e éd. 2003).

Si la recherche compte pour l'essentiel dans la carrière de Marc Wilmet, l'enseignement y occupe une place importante. Développant l'esprit critique de ses étudiants, il enseigne aux futurs romanistes l'importance de la démarche descriptive et réflexive, qui sépare la linguistique de la grammaire normative. Car l'un des souhaits de Marc Wilmet, c'est «de faire descendre la réflexion authentiquement linguistique vers les classes secondaires», afin d'amener les jeunes à comprendre leur langue et à ne pas la confondre avec un ensemble de règles rigides ou abstraites. C'est encore au nom de la réflexion qu'il s'engage dans la polémique sur la féminisation des titres ou sur la réforme de l'orthographe, réclamant au nom de la logique une orthographe grammaticale cohérente et rationnelle.

Codirecteur de la revue Travaux de linguistique et de la collection «Champs linguistiques» éditées chez Duculot-De Bœck, ancien président et membre d'honneur à vie de la Société internationale de linguistique romane, docteur honoris causa de l'Université d'Uppsala, il est actuellement président du Conseil supérieur de la langue française de la Communauté française Wallonie-Bruxelles. Il travaille aujourd'hui à l'élaboration d'une vaste synthèse qui réconcilierait la linguistique théorique et la pédagogie.

Lauréat du prix Émile Francqui en 1986 pour avoir contribué de façon remarquable à confirmer et à renforcer le prestige de la Belgique dans le monde scientifique, Marc Wilmet a été élu le 14 juin 1986 à l'Académie de langue et de littératures françaises au siège de Maurice Piron.



BIBLIOGRAPHIE

Le système de l'indicatif en moyen français, Genève, Droz, 1970.

Gustave Guillaume et son école linguistique, Paris-Bruxelles, Nathan-Labor, 1972 ; 2° éd., 1978.

Études de morphosyntaxe verbale, Paris, Klincksieck, 1976.

Syntaxe du moyen français (en collaboration avec Robert Martin), Bordeaux, SOBODI, 1980.

La détermination nominale, Paris, PUF, 1986.

Georges Brassens libertaire : la chanterelle et le bourdon, Bruxelles, Les Éperonniers, 1991; 2e éd., 2000.

Antepost. Conte linguistique, Bruxelles, Les Éperonniers, 1994.

Grammaire critique du français, Bruxelles, Duculot, et Paris, Hachette, 1997; 2e éd., 1998; 3e éd. Duculot, 2003.

Le participe passé autrement : protocole d'accord, exercices et corrigés, Paris-Bruxelles, De Boeck-Larcier, 1999.

Environ trois cents articles de linguistique générale et française, de grammaire historique du français et de stylistique.



BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

Annick Englebert, Michel Pierrard, Laurent Rosier, Dan Van Raemdonk (eds.), La ligne claire. De la linguistique à la grammaire. Mélanges offerts à Marc Wilmet à l'occasion de son 60e anniversaire, Paris-Bruxelles, Duculot, coll. «Champs linguistiques», 1998.

La Grammaire en roue libre. Variations cyclo-linguistiques offertes à Marc Wilmet, Bruxelles, Presses universitaires, 2003.



E-BIBLIOTHÈQUE

À propos de la féminisation (PDF 83Ko)
Communication à la séance mensuelle du 11 septembre 1993 (avec André Goosse)

Ante Post. Conte linguistique (PDF 84Ko)
Communication à la séance mensuelle du 12 février 1994

Le nom propre en linguistique et en littérature (PDF 105Ko)
Communication à la séance mensuelle du 13 mai 1995

La guerre des fonctions n'aura pas lieu (PDF 74Ko)
Communication à la séance mensuelle du 8 février 1997

Les poètes de Georges Brassens (PDF 107Ko)
Communication à la séance mensuelle du 13 février 1999

Un démonstratif à vous coller une de ces migraines! Réflexions sur un singulier pluriel (PDF 134Ko)
Communication à la séance mensuelle du 12 octobre 2002

«…le chat prenait l'argent» (La Fontaine, Fables, VIII, 2). Petites notes sur la polyphonie (PDF 91Ko)
Communication à la séance mensuelle du 9 octobre 2004

Le complément direct objet de mes ressentiments (PDF 130Ko)
Communication à la séance mensuelle du 11 février 2006

La grammaire peut-elle et doit-elle être une science? (PDF 150Ko)
Communication à la séance mensuelle du 8 septembre 2007

«Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes…» (V. Hugo, Contemplations, I, 7). Réflexion sur les classes grammaticales (PDF 108Ko)
Communication à la séance mensuelle du 14 février 2009

«Ne me laisserez-vous que cette confusion du soir – Après que vous m’ayez, un si long jour, nourri du sel de votre solitude…?» (Saint-John Perse). Retour sur un subjonctif contesté (PDF 106Ko)
Communication à la séance mensuelle du 11 septembre 2010

Terminologie, nomenclature, métalangage : l'exemple du verbe français (PDF 135Ko)
Communication à la séance mensuelle du 14 janvier 2012

Tout est relative (PDF 157Kb)
Communication à la séance mensuelle du 8 février 2014

À l'école du participe passé (PDF 161Ko)
Communication de Marc Wilmet
à la séance mensuelle du 10 janvier 2015



DISCOURS DE RÉCEPTION (séance publique du 14 mars 1987)

Discours de Pierre Ruelle (PDF 82Ko)

Discours de Marc Wilmet (PDF 81Ko)