Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Lloyd James Austin

Lloyd James Austin / Photo Archives privées Membre philologue étranger du 10 mai 1980 au 30 décembre 1994.
Prédécesseur : Eugène Vinaver
Successeur : Robert Darnton
Fauteuil 38

BIOGRAPHIE

Né à Melbourne le 4 novembre 1915, Lloyd James Austin a consacré sa vie à éclairer une œuvre dont la complexité et l'hermétisme n'ont pas cessé de fasciner des générations de lecteurs. Remarquable analyste du Symbolisme et de ses principaux poètes, Austin s'est acquis une renommée internationale en publiant, avec un apparat critique impressionnant, la Correspondance de Mallarmé, publication initialement entreprise par Henri Mondor.

Le goût de Lloyd James Austin pour la littérature s'éveille très tôt, à la faveur d'un milieu familial cultivé. Le père n'a-t-il pas l'habitude de lire à ses enfants des morceaux choisis de Dickens? Dès l'école primaire, le jeune Austin apprend par cœur des sonnets de Shakespeare, des poèmes de Byron, de Wordsworth… S'y ajouteront, plus tard, et de sa propre initiative, des textes de Rimbaud et de Mallarmé.

L'étude de Virgile, sous la férule d'un professeur soucieux de démontrer comment les mots, les images, les rythmes traduisent précisément les conceptions du poète, le prépare à recevoir avec une sensibilité aiguisée les leçons que son maître Chisholm consacre, à l'Université de Melbourne, aux symbolistes, et à Rimbaud et à Mallarmé en particulier.

Nommé boursier du gouvernement français en 1937, il gagne Paris où, sur les conseils de Victor Basch, il entreprend une thèse sur les débuts littéraires de Paul Bourget. Le 30 août 1939, il épouse à Rouen une agrégative d'anglais, rencontrée à l'Institut britannique de Paris. L'imminence d'un conflit n'est pas de nature à faciliter la préparation d'une thèse, rédigée en Normandie et soutenue le 3 avril 1940, quelques heures avant que Austin et son épouse s'embarquent à Marseille sur l'avant-dernier bateau à destination de l'Australie. Le travail sera publié en 1940 par les éditions Droz.

À Melbourne, Austin enseigne le français à l'Université. En 1942, l'attaque de Pearl Harbour l'incite à s'engager dans la marine australienne. Il servira jusqu'en 1945 dans une unité placée sous les ordres du général Mac Arthur, ce qui ne l'empêche pas de s'adonner à l'étude de son auteur favori. Il est extraordinaire, notera-t-il, combien Mallarmé a été lu en temps de guerre.

Après la guerre, il est nommé assistant de français à St Andrews, en Écosse, mais il n'a de cesse de regagner Paris pour y reprendre ses recherches. Il y séjourne pendant quatre ans avant d'aller enseigner la littérature française à Cambridge, en 1955, puis en 1956, à Manchester.

Si Paul Bourget, sa vie et son œuvre jusqu'en 1889 manifeste déjà une indépendance de ton et un souci d'analyse remarquables pour un premier ouvrage, c'est surtout dans l'étude du mouvement symboliste et de ceux qui, de près ou de loin, s'en revendiquèrent que se sont développées les qualités de style, d'érudition et de perspicacité d'Austin. En 1956, un article intitulé «Mallarmé, Victor Hugo et Richard Wagner» attire l'attention sur lui. Il parait, il est vrai, dans la prestigieuse Revue d'histoire littéraire de la France. Il n'y avait plus à en douter : Austin avait repris le flambeau de son maître A.R. Chisholm.

Publié au Mercure de France, L'univers poétique de Baudelaire. Symbolisme et symbolique, écrit en 1956, corrobore la volonté de l'auteur de dégager de l'histoire littéraire des lignes de force qui mettent en évidence les champs de cohérence et de correspondances. Aussi annonce-t-il : «Nous publions aujourd'hui le premier volet d'un triptyque consacré à trois poètes majeurs du Symbolisme français, Baudelaire, Mallarmé et Valéry. La filiation qui les relie est nette.»

En 1961, il accède à un poste qui marque, en Grande-Bretagne, la consécration d'une carrière : la Draper's Chair of French de l'Université de Cambridge, où il dirige, jusqu'à l'heure de la retraite, les études de langue et de littérature françaises.

La rencontre avec Henri Mondor, favorisée par une commune admiration pour Valéry, allait permettre à Austin d'apporter une contribution magistrale à la connaissance du Symbolisme et de Mallarmé. Invité à collaborer à une Correspondance de Mallarmé, dont le premier tome venait de paraître, Lloyd James Austin assumera bientôt la responsabilité d'une publication dont Gallimard éditera les onze volumes.

Tout en préparant le tome II, qui ne verra le jour qu'après la mort de Mondor, il livre au public les notes littéraires et artistiques rédigées par Mallarmé pour la revue londonienne Athenaeum, parues sous le titre «Gossips» (c'est-à-dire potins). Guidé par l'amitié et la perspicacité, Mallarmé y brosse un tableau de son époque, mettant l'accent, avec un goût très assuré, sur les êtres et les œuvres dont la valeur, souvent contestée de son temps, n'a cessé depuis lors de s'affirmer.

Les notes et précisions dont Austin enrichit la Correspondance de Mallarmé s'inspirent, comme par osmose, d'une même largeur de vue. Elles projettent sur l'auteur et sur ses contemporains une lumière qu'aucun exégète ne peut désormais ignorer.

La mise au point de cette œuvre monumentale ne l'empêche pas, par ailleurs, d'éditer des inédits de Valéry et les états originaux de poèmes corrigés et revus par l'auteur. Austin y manifeste un égal souci de rigueur dans l'approche du texte et dans l'interprétation, soutenu par une passion qui ne s'est jamais démentie.

La bibliographie d'Austin (dans Baudelaire, Mallarmé, Valéry, édité par Malcolm Bowie, Alison Fairlie et Alison Finch) faisait état, en 1982, de quelque cent quarante-quatre publications. On trouve là des pages qui sont décisives dans l'histoire de la critique.

Le 10 mai 1980, l'Académie royale de langue et de littérature françaises l'élit comme membre étranger. Lloyd James Austin est décédé à Cambridge le 30 décembre 1994.



BIBLIOGRAPHIE

Paul Bourget, sa vie et son œuvrejusqu'en 1889, Paris, Droz, 1940.

L'univers poétique de Baudelaire. Symbolisme et symbolique, Paris, Mercure de France, 1956.

Correspondance de Mallarmé, éd. de Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Gallimard, 11 volumes, 1959-1985.

Les Gossips de Mallarmé, Atheaneaum (1875-1876), Textes inedits presentes et annotes par Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Gallimard, 1962.

Poésies de Stéphane Mallarmé, introduction, établissement du texte, notes, bibliographie et chronologie par Lloyd James Austin, Paris, Flammarion, 1989.



BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

«Professor Lloyd James Austin (1915–1994)», A. M. F. French Studies, 1995; XLIX: 247-248.



E-BIBLIOTHÈQUE

La Correspondance de Stéphane Mallarmé. Principes et problèmes d'une première édition (PDF 106Ko)
Communication à la séance mensuelle du 14 septembre 1985