Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique
ContactPlan du siteLiens WebPhotographiesActualité

OrganisationCompositionFonds national de la littératurePrix littéraires
PublicationsLe BulletinE-Bibliothèque

 


ACADÉMICIENS
Membres actuels
Membres décédés
Membres fondateurs
Tableau des successions

Composition


Guy Vaes
Guy Vaes / Photo © Jean-Luc Lossignol, ARLLFB Membre belge littéraire du 11 octobre 1997 au 26 février 2012
Prédécesseur : Jacques-Gérard Linze
Successeur : Jean-Luc Outers
Fauteuil 23
BIOGRAPHIE

Guy Vaes fut longtemps l'auteur d'un livre, qui se nimba bientôt d'une aura mythique : Octobre, long dimanche. Il parut en 1956, l'auteur avait trente ans. Il y avait été préparé par une enfance et une jeunesse dans le milieu des intellectuels francophones d'Anvers, en avait écrit les premières pages au lendemain de la deuxième guerre. D'emblée, Vaes avait compris que l'écriture demande une longue maturation.

Né le 27 janvier 1927, Vaes est le fils d'un fonctionnaire de la commission d'assistance publique de la cité scaldéenne. Très lettré, il était collaborateur de la revue Lumière dirigée par son beau-frère Roger Avermaete. Le fils de ce dernier, devenu sous le nom d'Alain Germoz homme de lettres et journaliste, deviendra l'ami et complice de toujours de son cousin. Les livres abondent dans la maison familiale : Jules Verne et Stevenson s'imposent comme auteurs de prédilection, et le resteront. Plus tard, Vaes s'en expliquera : «Pour éliminer la psychologie et aborder la métaphysique, on peut être amené à utiliser la couverture d'un genre traditionnel : l'allégorie, le policier ou le fantastique.»

L'exode, puis l'occupation, sont une nouvelle occasion de se gaver de lectures : Kafka, Woolf, Melville, Faulkner, qui fourniront plus tard la matière d'analyse d'un superbe essai sur le temps, La flèche de Zénon. Une certaine conception d'un présent absolu s'y précise, que l'on suit comme un fil d'Ariane dans les romans.

Un service militaire pas trop absorbant dans l'immédiat après-guerre, puis un long congé de maladie, quelques autres périodes de disponibilité réparties sur une dizaine d'années favorisent l' écriture d'Octobre long dimanche qui, dès sa parution chez Plon, suscite des commentaires très élogieux, de Pascal Pia à Julio Cortazar, et devient, au fil des années, une livre-culte.

D'autant que le roman suivant va se faire attendre longtemps. Les besognes alimentaires, en l'occurrence journalistiques, empêchant de se consacrer en suffisance à l'écriture, la photographie va, durant plus de vingt ans, compenser le manque. Londres en est le point focal : un livre de méditation urbaine, Londres ou le labyrinthe brisé va être complété par un album où textes et clichés alternent, Les cimetières de Londres.

En 1983 paraît enfin le deuxième roman, L'Envers, et le flux fictionnel repart pour de bon avec ce livre qui sera couronné la même année par le prix Rossel. Bruno s'y refuse à revoir son ami Broderick, dont il lui est dit qu'il aurait survécu à la chute fatale qu'il a faite au pied d'une falaise de Skye. Il capte pourtant son message, celui de l'inexistence du temps, qui ne serait qu'une perception de la conscience.

Le tempo de parution des romans, dès lors, s'accélère relativement. L'Usurpateur paraît en 1993 avec une préface de l'auteur flamand Hubert Lampo, qui suggère de qualifier le réalisme pratiqué par Vaes non pas de magique, comme on le fait d' ordinaire, mais plutôt de mythique : le roman de s'inspire-t-il pas du labyrinthe et de son Minotaure?

Guy Vaes s'est éteint le 26 février 2012.



BIBLIOGRAPHIE

Ce qui m'appartient, poésie, Anvers, Orion, 1952.

Octobre long dimanche, roman, Paris, Plon, 1956 (rééd. Bruxelles, Jacques Antoine, coll. «Passé Présent», 1979).

«Poussière d'un monde», nouvelle, dans Fiction n°33, août 1956.

La flèche de Zénon. Essai sur le temps romanesque, essai, Anvers, Librairie des Arts, 1966 (rééd. Bruxelles, Labor, coll. «Poteau d'angle», 1995).

Les cimetières de Londres, essai, Bruxelles, Jacques Antoine, 1978.

Le Millénium éclair, poésie, Venise, édition privée, 1981.

L'Envers, roman, Bruxelles, Jacques Antoine, 1983.

Mes villes, essai, Bruxelles, Jacques Antoine, Bruxelles, 1986.

Suite irlandaise, poésie, Bruxelles, Jacques Antoine, 1987.

L'Usurpateur, roman, Bruxelles, Labor, 1994 (rééd. coll. «Espace Nord», 2006).

La Jacobée noire, poèmes et photographies de l'auteur, Anvers, éditions Marc Poirier dit Caulier, 1996.

L'Œil pharaonique, poèmes accompagnant les photographies d'André Janssens, Bruxelles, La Lettre volée, coll. «Poiesis», 2001.

Les Apparences, roman, Avin, Luce Wilquin, 2001.

Les Stratèges, roman, Avin, Luce Wilquin, 2002.

111 films, chroniques de cinéma (1970-1983), Bruxelles, ARLLFB/ Le Cri, 2007.

BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

André Sempoux, Guy Vaes. L'œuvre en lumière, Avin, Luce Wilquin, 2006.



E-BIBLIOTHÈQUE

Le vacillement des apparences (PDF 106Ko)
Communication à la séance mensuelle du 12 décembre 1998

La reconversion des images (PDF 74Ko)
Communication à la séance mensuelle du 10 mars 2001

Léon-Paul Fargue et l'Étreinte métaphorique (PDF 64Ko)
Communication à la séance mensuelle du 8 février 2003

Celui qui est et pourtant n'est pas (PDF 66Ko)
Communication à la séance mensuelle du 11 décembre 2004

Le disciple de Shéhérazade (PDF 64Ko)
Communication à la séance mensuelle du 8 avril 2006

Une descente aux Enfers. À propos de Hugo von Hofmannsthal (PDF 76Ko)
Communication à la séance mensuelle du 14 avril 2007

La fête sous les bombes (PDF 62Ko)
Communication à la séance mensuelle du 13 septembre 2008

Un virtuose de la coupe (PDF 72Ko)
Communication à la séance mensuelle du 13 mars 2010

Un intime écheveau d'horizons (PDF 69Ko)
Communication à la séance mensuelle du 12 février 2011



DISCOURS DE RÉCEPTION (séance publique du 6 juin 1998)

Discours de Jacques De Decker (PDF 76Ko)

Discours de Guy Vaes (PDF 72Ko)